Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

La Bible et notre culture populaire (12)

LE NOUVEAU TESTAMENT

L’APOCALYPSE

Ce mot évoque aujourd’hui la fin du monde et par extension une catastrophe générale comparable à la fin du monde. On parle souvent de vision apocalyptique pour un paysage ravagé par une catastrophe par exemple. L’origine de ce terme remonte à l’Apocalypse de saint Jean appelé aussi livre de la révélation, c’est le dernier livre du Nouveau Testament. Dans notre inconscient, l’apocalypse est synonyme de destruction, de fin du monde que certains se complaisent à prédire périodiquement. Les images utilisées par l’auteur n’étaient pas destinées à faire peur mais plutôt à aider les gens en difficulté et les avertir que la fin de leurs malheurs était proche.

Exilé à Patmos, petite île entre la Grèce et la Turquie, saint Jean écrit cette œuvre originale dans un contexte de persécutions et de souffrances. En effet l’empereur romain Domitien est le premier empereur à se proclamer « seigneur et dieu ».

Malgré l’opposition de la puissance du mal, Dieu remportera la victoire. Si les visions successives des 7 sceaux, des 7 trompettes et des 7 coupes de la colère décrivent des catastrophes, au terme de tous les assauts, le Christ victorieux manifestera sa gloire éternelle.

L’alpha et l’oméga

Cette expression désigne le début et la fin, l’essentiel, quelque chose dans son intégralité. Elle trouve son origine dans l’alphabet grec, l’alpha étant la première lettre et l’oméga la dernière. Cela symbolise l’éternité du Christ qui est au commencement de tout (Ch. 1 de l’Evangile selon saint Jean) et demeure jusqu’à la fin du monde
(Ap. 22,  13)

« Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le début et la fin. » Ce symbole est dessiné à la base du cierge pascal pour symboliser la présence du Christ au cœur du monde. Il y est associé à une croix, au millésime de l’année et à 5 grains d’encens enfoncés dans la cire.

Les trompettes du jugement dernier

Dans la Bible, le son de la trompette véhicule toujours un message. Elle appelle autant au rassemblement qu’elle marque une reconnaissance ou la joie de la victoire. Lorsque le premier ange sonne, « grêle et feu tombèrent sur terre ». Si cette trompette annonce les débuts de la fin du monde, la dernière annonce le commencement d’une ère de paix. (Ap. 11, 15)

« Le 7ème ange fit sonner sa trompette. Dans le ciel de grandes voix disaient : le royaume du monde est maintenant à notre Seigneur et à son Christ, il régnera pour les siècles des siècles. »

Hexakosioihexekontahexaphobie (Ap. 13, 17, 18)

Oui vous avez bien lu et il s’agirait de l’un des nouveaux mots le plus long de la langue française. Si vous ne pouvez pas le retenir exercez-vous à le prononcer !

Ce mot évoque la peur du chiffre 666. Une personne qui souffre de cette maladie possède la croyance irrationnelle que le nombre lui-même invoque Satan ou le mal qu’il représente. Dans l’Apocalypse, la bête impose que les gens se signent pour continuer à vivre.

« Nul ne pourra acheter ou vendre s’il ne porte la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom. Celui qui a de l’intelligence, qu’il interprète le chiffre de la bête. C’est le moment d’avoir du discernement car c’est un chiffre d’homme et son chiffre est 666. »

Rappelons ici l’importance des chiffres dans la Bible. Si le chiffre 7 représente la perfection absolue, le chiffre 666 est le symbole de l’imperfection, incarnant au fil de l’histoire le sommet de la perversité comme l’empire romain, les barbares et plus près de nous le communisme, Hitler et le nazisme ou les dictatures modernes.

Armageddon (Ap. 16, 16)

Ce nom précise le lieu central où l’Antéchrist rassemblera ses armées pour s’opposer au retour de Jésus. Il s’agit d’une lutte du bien et du mal, suggérant que la plaine fut le lieu de deux grandes victoires et de deux désastres : la mort de Saül et celle de Josias.

Aujourd’hui, en langage courant, ce mot désigne des batailles catastrophiques, d’ampleur planétaire et au sens de bataille finale, celle dont l’issue donnera la victoire définitive. Ce terme est le titre de nombreux films dont le film catastrophe américain de Michaël Bay (1998) avec Bruce Willis.

La Jérusalem céleste

(Ch. 21-22)

L’ange montre à Jean la Nouvelle Jérusalem décrite dans l’Apocalypse comme cité idéale où règneraient justice et fraternité ; elle n’a cessé d’inspirer théologiens, écrivains, artistes. Dieu y demeure auprès des humains, il a vaincu la mort. Les pierres précieuses énumérées dans la description des murailles de Jérusalem symbolisent  les 12 tribus d’Israël.

Avec la Jérusalem céleste réapparaît le Paradis perdu, où se trouvaient fleuve ou arbre de vie, dont les fruits abondants deviennent accessibles à tous. Adam et Eve ont été chassés du jardin d’Eden, maintenant ses feuilles « servent à la guérison. » (22, 2)

CONCLUSION

Lire la Bible pour la redécouvrir c’est aborder les grandes questions humaines, de l’amour à la mort, du sens de la vie à la souffrance.

« Quand vous avez reçu de notre bouche la parole de Dieu, vous l’avez accueillie pour ce qu’elle est réellement : non pas une parole d’hommes, mais la parole de Dieu qui est à l’œuvre en vous, les croyants. » (Paul, 1ère lettre aux Thessaloniciens 2, 13)

N’oublions pas, dans les moments difficiles, cette belle parole du Christ : « Je serai avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28 – 20)

Pour terminer sur une note optimiste, retenons que l’enseignement de Jésus conduit aussi à la joie : « Je vous donne ma joie pour que votre joie soit complète »
(Jn 15, 11), fait remarquer Frédéric Lenoir, spécialiste des religions. C’est ce message que le pape François essaie aujourd’hui de promouvoir. Pour lui l’Eglise a pour vocation de toucher les cœurs par l’exemple, par l’amour et par la joie. Ce n’est pas un hasard si son premier texte pontifical s’intitule « La joie de l’Evangile ».

 Joël Le Biavant

Les articles précédents sur le même sujet:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

mardi 15 juin 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

L'agenda est vide!

Annonces

Catéchèse

Nous avons débuté l’année scolaire avec un calendrier de plusieurs dates pour les Catés/dimanche ; mais la situation sanitaire a imposé de revoir nos interventions en catéchèse avec les enfants de la Zone de Rostrenen.

Depuis le début du mois de février, l’équipe des catéchistes propose la catéchèse en alternance entre Rostrenen et Corlay les mercredis soit de 10h à 11h30, soit de 14h à 15h30 ou soit les samedis de 10h à 11h30.

Pour voir l’ensemble du programme, cliquer ici

Pour inscrire vos enfants il convient d’appeler au presbytère de Rostrenen ou Louis Le Mée au :
07 55 62 77 80.

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Attention

Samedi 10 avril

Messe à Trébrivan à 17h00

et non pas à Treffrin

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?