La Bible et notre culture populaire (6)

st-matthieuLe Nouveau Testament

SAINT MATTHIEU

Matthieu est un publicain ou collecteur d’impôts. Il devint l’un des douze apôtres. Cet Evangile, le plus long des quatre, écrit pour des Juifs, montre comment Jésus a accompli ce qu’annonçait l’Ancien Testament et est largement utilisé dans la liturgie catholique.

Porter au pinacle (Mt 4,5)

Signifie placer quelqu’un au-dessus de tout.

Au cours de sa confrontation avec le diable tentateur, Jésus est transporté au point le plus haut du temple de Jérusalem. Le démon l’invite à se jeter dans le vide afin de prouver que Dieu viendra à son secours. Jésus fera preuve d’une grande sagesse pour sortir vainqueur de cette épreuve.

Tendre l’autre joue (Mt 5)

Cette expression, tombée dans le langage courant, sert souvent à se moquer d’une faiblesse de caractère.

En fait cela signifie qu’il ne faut pas répondre à la violence par la violence.

Jésus réagit face à la loi du talion. « Vous avez appris qu’il a été dit œil pour œil, dent pour dent. Au contraire, si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi la gauche. »

Le sel de la terre Mt 5,13

Cette expression sert à vanter quelqu’un de méritant par son altruisme et sa générosité. Jésus compare ses disciples au sel de la terre, ceux qui ont pour tâche d’améliorer la vie de leur prochain « Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde. » Dans l’antiquité, le sel était un élément indispensable à la vie de la communauté. C’était aussi une monnaie d’échange à tel point que les soldats romains recevaient une partie de leur solde en sel qu’ils revendaient pour améliorer l’ordinaire.

Ne pas changer d’un iota (Mt 5, 18)

C’est ne rien changer, même pas la moindre petite chose. Se dit d’une personne inflexible.

« Tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi  un seul iota ou un point sur l’i jusqu’à ce que tout soit arrivé. »

Le iota est la plus petite lettre de l’alphabet grec. Jésus illustre ici l’importance de la Parole de Dieu.

Reconnaître l’arbre à ses fruits (Mt 7,16)

Cette expression proverbiale signifie qu’on reconnaît la valeur d’un homme à ses actes. Par cette maxime, Jésus invite ses disciples à se méfier des faux prophètes et à les juger sur les actes.

A chaque jour suffit sa peine (Mt 6,34)

Cette expression est devenue proverbiale. « Ne vous inquiétez donc pas pour le lendemain. Le lendemain s’inquiétera  de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. »

La paille et la poutre (Mt 7-3)

Utilisée dans l’expression : « Voir la paille dans l’œil de son voisin et ne pas voir la poutre qui est dans le sien. »

C’est le reproche fait à une personne qui a tendance à relever les petits défauts chez les autres et qui ne voit pas ses propres travers : « Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère ? Et la poutre qui est dans le tien, tu ne la remarques pas ? »

Semer des perles devant les pourceaux (Mt 7-6)

C’est offrir à quelqu’un une chose dont il est incapable d’apprécier la valeur. A rapprocher de l’expression : donner de la confiture à un cochon. « Ne jetez pas vos perles aux porcs, de peur qu’ils ne vous piétinent et que, se retournant, ils vous déchirent. »

La porte étroite (Mt 7-13)

Symbolise le bon choix que l’on fait sans tenir compte de ce qu’il en coûte pour y parvenir. Jésus évoque le choix à faire, même s’il est difficile, pour parvenir au salut. Suivre son enseignement plutôt que les traditions humaines.

 Joël Le Biavant

Les articles précédents sur le même sujet:

La Bible et notre culture populaire (1)

La Bible et notre culture populaire (2)

La Bible et notre culture populaire (3)

La Bible et notre culture populaire (4)

La Bible et notre culture populaire (5)