Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Pardon de ND de Rostrenen 2020

Cette année le Pardon de ND de Rostrenen était présidé par Mgr Pascal Roland, évêque du diocèse de Belley-Ars.

Selon la tradition les cérémonies ont été ouvertes le vendredi soir avec la procession aux flambeaux et le tantad au Miniou.

Le samedi, jour de l’Assomption, messe à 10h30 à la collégiale. 

Notes de l’homélie pour la Solennité de l’Assomption

Pardon ND de ROSTRENEN, 15 Août 2020

Lectures bibliques : 1 Corinthiens 15, 20-27 ; Apocalypse 21, 1-5a ; Luc 1, 46-55

Je vous invite à méditer sur la prière du Magnificat, cette belle prière qui monte des lèvres de Marie, après que sa cousine Elisabeth ait reconnu son acte de foi et ait déclaré « Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur ». N’oubliez pas que dans l’ensemble des évangiles Marie ne parle que six fois. Il s’agit, ici de sa prise de parole la plus longue (10 versets). C’est en dire l’importance ! Soulignons aussi au passage la place capitale accordée à la prière dans l’évangile selon saint Luc. Voilà donc deux raisons de nous arrêter sur cette prière de Marie.

Si vous avez l’habitude de fréquenter les Ecritures, vous observerez aisément que la prière de Marie est beaucoup plus qu’un mouvement affectif, où celle-ci ferait des confidences sur son état d’esprit du moment. C’est également plus qu’une création poétique, où elle chercherait à traduire de façon originale ses sentiments. Vous remarquerez en effet que la prière de Marie s’inspire de nombreux textes de l’Ancien Testament, parmi lesquels vous pouvez reconnaitre :

  • Le cantique d’Anne, la femme qui était stérile, après la naissance de son fils Samuel.
  • Le chant de Moïse et Myriam après la traversée de la Mer Rouge et la libération de l’esclavage en Egypte.
  • Le cantique de Déborah après la défaite de Sisara.
  • Le cantique de Judith après la défaite d’Holopherne.
  • Sans oublier plusieurs psaumes : 146, 113, 89.

Il s’agit de passages qui ont pour trait commun de manifester la fidélité du Seigneur à son peuple éprouvé. On y voit le renversement de situations qui paraissaient désespérées, sans issue. On y voit la libération de l’opprimé et de l’humilié. On y voit la puissance de Dieu qui se déploie dans ce qui est faible. On y voit enfin la dimension  collective du salut obtenu.

Le texte du Magnificat est pétri de paroles bibliques. Cela atteste que la Vierge Marie a médité et retenu les Ecritures, qui ont visiblement nourri sa prière personnelle, à tel point que lorsqu’elle prie, ce sont les paroles bibliques qui viennent assez spontanément sur ses lèvres.

Manifestement il y a une proximité plus particulière entre le Magnificat et le cantique d’Anne. Or si vous comparez la prière de la Vierge Marie avec le cantique d’Anne (prière que cette dernière fait monter vers Dieu après la naissance miraculeuse de Samuel), au-delà des similitudes manifestes, vous noterez au moins deux différences majeures, qu’il convient de souligner.

Dans le cas de Anne, la prière d’action de grâces se déroule

  1. d’une part après la naissance de l’enfant
  2. et d’autre part dans le cadre liturgique, celui du temple de Silo, en présence du prêtre Eli, avec le sacrifice d’un taureau et la consécration du jeune Samuel.

Dans le cas de la Vierge Marie, l’action de grâce se déroule

  • d’une part avant la naissance de l’enfant
  • d’autre part dans un cadre domestique, celui de la demeure d’Elisabeth. Il n’est question ni de temple, ni de prêtre, ni de sacrifice, ni de consécration.

Ces différences notables ne sont-elles pas le signe que nous sommes entrés dans le régime de la Nouvelle Alliance inaugurée par Jésus ? Pourtant vous constatez que l’on ne voit pas Jésus. On ne voit que Marie. L’enfant est porté en elle : il est caché en son sein. Marie est la nouvelle « fille de Sion », la figure symbolique de l’Eglise, celle dont on peut dire en vérité : « le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui le héros qui apporte le Salut ». Marie est remplie de la présence du divin enfant, comme l’Eglise, elle aussi, est pleine de la présence invisible du Christ.

Vous remarquez que Marie de prononce pas de vaines paroles. Les seuls propos rapportés de sa rencontre avec sa cousine Elisabeth ne sont que paroles de joie, de louange, de remerciement à Dieu pour ses bienfaits.

Dans cette prise de parole, la Mère et l’enfant font corps. La prière est unique et commune. C’est-à-dire que la créature rachetée est parfaitement unie à son Sauveur. La parole filiale adressée au Père est unique.

L’enfant dont la venue en ce monde n’a pas d’autre objectif que de « faire connaître le nom du Père »  et de le « glorifier » (cf. Jean 17), n’est-il pas celui qui suscite et conduit de l’intérieur l’action de grâce de Marie ?

Car, que fait Marie dans sa prière ? Elle glorifie le Seigneur ! Elle met en évidence la grandeur de Dieu. Elle publie les merveilles que fait le Créateur. Elle manifeste à tous la fidélité de Dieu à sa promesse, à son Alliance. Or, n’est-ce pas là, précisément, tout ce qu’opère le Christ lui-même en venant dans ce monde ?

J’ai attiré votre attention sur le fait que nous ne voyons ni temple, ni prêtre, ni sacrifice sanglant, comme du temps de la mère de Samuel. Le temple, c’est-à-dire le lieu de la présence de Dieu, c’est Jésus lui-même ! Le prêtre, c’est-à-dire celui qui offre le sacrifice, c’est également Jésus ! Quant au sacrifice, n’est-il pas celui réalisé par Jésus qui vient en ce monde pour accomplir la volonté du Père ?

Jésus entraîne Marie dans l’obéissance filiale et dans une consécration de tout son être, une vivante offrande de toute sa vie. Et cette liturgie, ce sacrifice nouveau, ne trouvent-ils pas leur achèvement, leur accomplissement dans la charité fraternelle ? Charité discrète, mais très concrète, évoquée par la mention du séjour de Marie pendant trois mois chez sa cousine Elisabeth, afin de la soutenir jusqu’à la naissance de Jean-Baptiste.

Finalement, cette prière du Magnificat ne fait rien d’autre que d’exprimer le mouvement eucharistique dont vit l’Eglise. L’Eglise, dont Marie est la figure, porte en elle le trésor du Christ. On ne voit pas le Christ à l’œil nu et pourtant il est bien présent ! L’Eglise n’existe que par et pour ce mystère intérieur. Elle s’efface pour offrir cette humble présence qui l’habite et transfigure son humanité. Elle n’a de cesse de s’unir à son Sauveur et d’entrer avec lui, par lui et en lui, dans la glorification du Père.

Elle n’a d’autre souci que celui de vivre de l’Amour qui unit Jésus à son Père, dans l’Esprit et de faire de la vie de chacun de ses membres une vivante offrande à Dieu. Une offrande qui se traduit dans la charité fraternelle. L’Eglise, comme la Vierge Marie ne connaît qu’un seul objectif : glorifier le Père, par le Christ, sous la motion de l’Esprit.

Tel est le sens de la Visitation de Marie à sa cousine Elisabeth : L’Eglise, comme Marie, se laisse visiter par l’Esprit Saint. A son tour, elle visite l’humanité en attente du Salut.

Ce déploiement de la charité divine dans la charité fraternelle peut-être alors accueilli par l’action de l’Esprit dans l’humanité visitée, qui, à la manière d’Elisabeth, s’étonne : « Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? »

Cette Visitation est comme une anticipation de la Pentecôte. A la Pentecôte, c’est l’Eglise tout entière qui porte en son sein le Christ vivant ; le Christ qui répand l’Esprit Saint donné par le Père. A la Visitation, Marie personnifie et annonce l’Eglise, comblée de grâces sans aucun mérite de sa part, l’Eglise qui reçoit la mission de porter la Bonne Nouvelle au monde entier. L’Eglise qui reçoit la mission de proclamer les merveilles de Dieu et d’entraîner toute l’humanité dans la louange perpétuelle.

Le Magnificat doit devenir comme la matrice qui forme et oriente notre prière personnelle.

  1. La lecture et la méditation des Saintes Ecritures nourrit, façonne et inspire la prière des chrétiens, sans pour autant nuire à la spontanéité ni à la fraîcheur. Quoi de plus beau, en effet, que la Parole reçue de Dieu, qui retourne vers lui, montant de nos cœurs et de nos lèvres, comme chez Marie ?
  1. La vraie prière est décentrement de soi-même. Elle est un chant de louange de Dieu Créateur et Sauveur. Elle exalte la grandeur, la sainteté, la fidélité, l’amour miséricordieux du Seigneur.
  1. La véritable prière est ecclésiale et ouverte à l’universel. Elle est ouverture d’une situation individuelle à l’ensemble de l’histoire du Salut. Elle est la voix du Peuple de Dieu tout entier qui ne cesse de s’émerveiller et de rendre grâce pour l’alliance que Dieu a nouée avec l’humanité.
  1. Ensuite, la vraie prière est portée par l’espérance. Elle est action de grâce pour le règne de Dieu qui est toujours en train d’advenir.
  1. Enfin, la prière authentique débouche sur la charité fraternelle. De la même façon que Marie se met au service de sa cousine Elisabeth durant trois mois, pour l’assister durant sa grossesse, jusqu’à la naissance de Jean-Baptiste, de la même manière, celui qui prie Dieu ne peut qu’être renvoyé au service humble et concret de ses frères.

+ Pascal ROLAND

Quelques photos de ce Pardon par Jean-Claude Dacquin  (Cliquer sur les photos pour les agrandir)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

dimanche 09 mai 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

Catéchèse

Nous avons débuté l’année scolaire avec un calendrier de plusieurs dates pour les Catés/dimanche ; mais la situation sanitaire a imposé de revoir nos interventions en catéchèse avec les enfants de la Zone de Rostrenen.

Depuis le début du mois de février, l’équipe des catéchistes propose la catéchèse en alternance entre Rostrenen et Corlay les mercredis soit de 10h à 11h30, soit de 14h à 15h30 ou soit les samedis de 10h à 11h30.

Pour voir l’ensemble du programme, cliquer ici

Pour inscrire vos enfants il convient d’appeler au presbytère de Rostrenen ou Louis Le Mée au :
07 55 62 77 80.

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?