8 septembre, c’est la fête de la Nativité de la Vierge Marie et Le Pardon de Notre Dame de Karmes. 

Selon la tradition la messe du Pardon est célébrée dans l’abri construit en 1996, la chapelle étant devenue trop petite pour contenir la foule des pèlerins.

 C’est le Père Jean Bernard Fortuma, accompagné du Père Anselme et du Père Joseph Galerne (le prêtre aux 2000 crèches de Noël) qui a célébré la messe du Pardon et la bénédiction du tantad qui a suivi.

Cette année, à cause de l’épidémie, pas de repas et pas de vêpres !

Quelques photos du Pardon :

La naissance de Marie dans l’art

Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie par Domenico Ghirlandaio, Basilique Santa Maria Novella à Florence.

L’épisode est raconté dans l’apocryphe du protévangile de Jacques. La fête liturgique de la naissance de Marie (8 septembre) fut introduite à Rome parle pape Serges en l’an 695. La « légende dorée » au XIII° siècle reprend le récit apocryphe.

La composition traditionnelle montre Anne allongée ou assise, une sage femme lui lave les mains. Marie à peine née est au premier plan, lavée par les femmes.

Le Maître de la vie de Marie – Naissance de Marie (Munich, Alte Pin)

Le maître de la vie de Marie est un peintre anonyme de Cologne au XV° siècle. Il tire son nom d’un retable provenant de l’église -Ursule et conservé aujourd’hui à Munich (Alte Pin.). La nativité de Marie est une scène joyeuse et familière. La représentation d’un lit à deux places est une discrète évocation de la vie conjugale de Anne : contrairement à la conception de Jésus qui est vrai Dieu vrai homme, la conception de Marie, simple créature, est une conception toute immaculée mais sans être virginale.

Domenico Beccafumi Nativité de la Vierge

Au cours du XIV° siècle, les peintres représentent les femmes qui apportent des cadeaux de naissance tandis que d’autres s’occupent de chauffer l’eau du bain. Ghirlandio représente l’atmosphère princière de Florence en son temps. Beccafumi représente Marie suçant son pouce. A partir du XVI° siècle se produit une réaction contre une vision devenue trop prosaïque.

Albrecht Altdorfer – Nativité de la Vierge

En 1520, Albrecht Altdorfer représente la scène de la Nativité de la Vierge dans une église. Toute cette Eglise, immense et lumineuse, est le symbole de Marie. Marie est Eglise parce qu’elle deviendra l’arche d’Alliance qui porte en elle la présence de Dieu, Jésus.

A gauche, dans le lit, Anne, servie par une compagne. Au centre, une jeune femme porte la petite Marie et la contemple avec émerveillement. Juste au-dessus de Marie, un ange l’encense avec allégresse, au centre d’une ronde des anges en liesse. A droite, Joachim, père de Marie, rentre du travail avec ses outils et un pain sous le bras, il est méditatif et recueilli.

Au XVII° siècle, on représente de plus en plus souvent les anges au moment de la naissance de la Vierge : il y a là un désir d’indiquer la place de Marie dans le dessein de Dieu créateur.

Les exemples sont nombreux : Simon Vouet, Naissance de Marie, 1618, église San Francesco a Ripa, Roma ; J.B. Suvée, Naissance de Marie, 1779, église Notre Dame de l’Assomption à Paris.

Au terme de ce parcours, ajoutons ceci :

Autour de 1720-1730, une sœur modelait des visages en cire de Jésus enfant et de Marie enfant. En 1842, une de ses petites effigies de la Vierge enfant est apportée à l’hôpital Ciceri. En 1884, une religieuse présente la statuette aux malades et une postulante gravement malade demande la guérison… Elle est immédiatement guérie. Puis, à partir du 16 janvier 1885, l’image de cire, décolorée et jaunie, commence à devenir belle et à ressembler à une vraie petite fille !

Bibliographie : Iconografia e arte cristiana, diretto da Liana Castelfranchi, Maria Antonietta Crippa. Edizioni San Paolo, Milano 2004, p. 958-959

F. Breynaert