Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

L’offrande des mages

Les mages en chemin

« En entrant dans la maison, les mages virent l’enfant avec Marie, sa mère et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe » (Matthieu 2,11). Cette scène nous est bien connue et la représentation qu’en font nos crèches l’ont rendue populaire. Quel en est le sens ?

Un peu d’histoire

Le plus ancien témoignage atteste d’une célébration de l’Epiphanie, à Paris, le 6 janvier 361 ; mais nous ignorons le contenu de cette fête. A Rome, l’Epiphanie est célébrée peu après 350 ; elle a pour but de distinguer la Nativité (naissance du Christ) et l’Epiphanie (manifestation aux païens). Aujourd’hui, toujours fixée au 6 janvier mais souvent célébrée le dimanche suivant, l’Epiphanie célèbre avant tout, avec les mages, la manifestation de Dieu au monde ; elle prolonge la manifestation au peuple élu à Noël.

 Le mystère célébré

La fête de l’Epiphanie nous fait lire et méditer la révélation de la personnalité et de la divinité de Jésus. Cette révélation est destinée à des hommes en recherche qui sont les représentants des nations païennes auxquelles l’Evangile est aussi destiné. Noël et l’Epiphanie sont donc deux moments, deux aspects de l’unique mystère du Fils de Dieu venant parmi les hommes et leur apportant la lumière. Les deux fêtes sont complémentaires et inséparables.

 Les mages et leurs présents

Ces mages, assez énigmatiques, ne figurent que dans l’évangile de Matthieu mais occupent dans notre liturgie et notre imaginaire toute la scène de l’Epiphanie.

La tradition les a portés au nombre de trois à cause des présents ; puis elle leur a donné des noms et, au 9ème siècle, une apparence pour représenter les trois races humaines connues à l’époque.

Le premier a reçu le nom de Melchior; il se présente comme un vieillard à la barbe blanche. Il offre l’or à Jésus, manifestant ainsi qu’il le reconnaît roi (seuls, les rois pouvaient frapper de la monnaie en or).

Le deuxième, jeune et imberbe, au teint légèrement foncé s’appelle Gaspar. Il offre l’encens à Jésus, reconnaissant ainsi sa divinité (on brûlait l’encens devant les dieux païens et, au temple de Jérusalem, le grand prêtre entrait dans le Saint des Saints pour offrir à Dieu l’encens).

Le troisième est noir de peau, porte une barbe épaisse et s’appelle Balthazar. Il offre à Jésus de la myrrhe, en prévision de sa mort et de sa mise au tombeau (la myrrhe est une plante aromatique dont on se servait pour embaumer les morts).

Ces mages qui sont des savants et des astrologues seront qualifiés de rois par Tertullien, vers l’an 200, en référence au psaume 72 : « Les rois d’Arabie et de Saba lui offriront des présents ».

Et la galette ?

Cette coutume, propre à la France, apparaît au début du XIVème siècle. La galette terminait le repas de l’Epiphanie. Et, comme les mages avaient apporté des présents à Jésus, une part du gâteau était mise de côté et offerte au premier mendiant qui se présentait.

Dans les familles riches, on invitait des écoliers pauvres et celui qui trouvait la fève se voyait octroyer une bourse d’études. A d’autres époques, l’enfant qui trouvait la fève avait le droit de tout dire ce jour-là à sa famille, sans craindre de représailles.

Aujourd’hui, nous célébrons la fête des Rois, nous partageons la galette. Avons-nous encore conscience de la visite des mages, de la nécessité d’annoncer au monde l’Evangile et de donner à nos tables une place aux plus démunis ?

Serge Kerrien,
Diacre permanent
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

samedi 17 avril 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

Catéchèse

Nous avons débuté l’année scolaire avec un calendrier de plusieurs dates pour les Catés/dimanche ; mais la situation sanitaire a imposé de revoir nos interventions en catéchèse avec les enfants de la Zone de Rostrenen.

Depuis le début du mois de février, l’équipe des catéchistes propose la catéchèse en alternance entre Rostrenen et Corlay les mercredis soit de 10h à 11h30, soit de 14h à 15h30 ou soit les samedis de 10h à 11h30.

Pour voir l’ensemble du programme, cliquer ici

Pour inscrire vos enfants il convient d’appeler au presbytère de Rostrenen ou Louis Le Mée au :
07 55 62 77 80.

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?