Véronique Robin en Terre Sainte

Le sanctuaire de la maison de Marie dans la basilique de l’Annonciation à Nazareth
Le sanctuaire de la maison de Marie dans la basilique de l’Annonciation à Nazareth

Une halte spirituelle enrichissante

Véronique, coordinatrice de la catéchèse sur la zone pastorale, est partie sur les pas du Christ du 12 au 21 octobre dernier.

Comment t’est venue l’idée de partir en Terre sainte ?

A la fin du mois d’octobre je suis partie en pèlerinage en Terre sainte avec un groupe de personnes rassemblé par Wilga, du mouvement des Focolari. Comment tout a commencé ? L’association est venue découvrir le Village Saint Joseph au printemps alors que j’y étais résidente. La responsable est venue me trouver et m’a posé directement la question : « Ne viendrais-tu pas en Terre sainte ? » Aussitôt je me suis dit « Pourquoi dire non ? » Ainsi j’ai reçu cette proposition comme un appel du Seigneur à prendre du temps à l’écart et à marcher à sa suite en Terre sainte.

 Quels sont les moments forts de ton voyage ?

L’endroit exact de la nativité est signalé par une étoile en argent à 14 branches, représentant les 14 stations du chemin de croix. Elle est percée d’un trou afin de permettre aux pèlerins d’embrasser la roche originelle.

 Ce pèlerinage, bien organisé, a été rendu agréable par la bonne ambiance joyeuse et priante du groupe et aussi grâce à un bon guide, féru d’histoire et passionné par son pays. De plus, nous avions un temps spirituel profond avec la messe quotidienne en des lieux exceptionnels comme le désert, près du lac de Tibériade, dans une grotte au champ des bergers de Bethléem.

Puis la rencontre avec des chrétiens m’a plus particulièrement marquée. Leur foi, leur espérance sont fortes malgré les difficultés et leur charité se fait inventive….

Un fait marquant parmi tant d’autres : la visite de la basilique de l’Annonciation à Nazareth. Là j’ai pris davantage conscience du cadeau de l’incarnation de Dieu. Oui, Dieu s’est fait homme en Marie, il a touché notre terre et est venu nous sauver !

Enfin j’ai aimé méditer sur le cœur plein d’humanité de Jésus à la rencontre des siens… Je pense à Cana, aux guérisons, à Zachée, aux pleurs et aux souffrances de Jésus…

Que t’a apporté ce voyage sur les plans personnel et spirituel ?

Ce voyage laisse en mon cœur le souvenir douloureux des tensions entre les peuples, entre les religions mais aussi une espérance renouvelée en cette Bonne Nouvelle : Dieu a sauvé son peuple ! Jésus a vécu en faisant le bien ! Jésus est avec nous tous les jours jusqu’à la fin des temps.

Après une telle démarche, il me tient à cœur de chercher le Seigneur présent dans ma vie quotidienne et de chercher à vivre la joie de l’Evangile.

Propos recueillis par Joël Le Biavant

 

,