Les figures féminines dans la Bible (3)

Rébecca et Rachel, deux femmes stériles récompensées !

Rébecca

Un jour Abraham confie un mandat particulier à son serviteur : retourner en Mésopotamie et y trouver une épouse pour son fils Isaac (Gen. 24). C’est au bord d’un puits que se passe la scène cruciale. On peut considérer le puits comme un véritable site de rencontres : près de lui on discute, on boit. Les mariages se décident au bord d’un puits : ainsi pour Rébecca, Rachel et Jacob ou Séfora et Moïse.

Dans chaque récit un inconnu parle à une jeune fille, l’un des deux offre de l’eau pour marquer le lien créé.

Ici le serviteur donne à la jeune fille, Rébecca, un anneau d’or et deux bracelets.

La jeune fille court chez elle et avertit sa famille qui accueille l’homme. Puis on se met d’accord pour les fiançailles.

« Ensuite Isaac emmena Rébecca dans la tente où avait vécu sa mère Sara et elle devint sa femme. Il l’aima et se consola de la mort de sa mère. » (Gen. 24, 67)

Malheureusement le couple ne peut avoir d’enfants. Isaac supplie Dieu et voilà que Rébecca est enceinte de jumeaux après une longue stérilité.

En son ventre se prépare déjà la rivalité entre les deux frères : Ésaü et Jacob (Gen. 25) : ce dernier va arracher à son frère, né le premier, le droit d’aînesse contre un bouillon de lentilles.

Les enfants grandissent. Isaac préfère Ésaü alors que Rébecca cherche à favoriser Jacob.

Dieu prédit que deux nations seront issues de ces deux garçons et que l’aîné servira le cadet.

Isaac, étant devenu vieux et aveugle, Rébecca use d’un stratagème pour que Jacob reçoive, à la faveur d’un déguisement, la bénédiction que le patriarche croyait donner à Ésaü.

Joël Le Biavant

Rachel

L’histoire commence par un coup de foudre : c’est également auprès d’un puits que Jacob, fuyant la colère d’Ésaü, tombe amoureux de Rachel, sa cousine.

Il propose à son oncle Laban de travailler sept ans à son service pour pouvoir épouser Rachel.

Mais lors de la nuit de noces, l’oncle trahit sa parole et donne à Jacob sa fille aînée, Léa, prétextant que ce n’est pas la coutume de marier la cadette avant l’aînée.

Jacob, trompé à son tour, n’a le droit d’épouser Rachel qu’à condition de travailler sept ans supplémentaires.

Léa et Rachel tentent de gagner l’amour de Jacob en ayant des enfants, mais Rachel était stérile et la jalousie s’installe.

Comme Léa enfantait fils après fils, Rachel répéta le geste de Sara. Elle fit venir sa servante Bilha et dit à Jacob de venir vers elle (Gen. 30, 1-23). Celle-ci conçut et enfanta un fils.

Rachel dit : « Dieu m’a rendu justice et Il m’a exaucée en me donnant un fils. » Cette conception par procuration se répètera.

Mais cette victoire ne suffisait pas pour satisfaire Rachel.

Aussi « Dieu se souvint de Rachel, Il l’exauça et la rendit féconde. Elle conçut et elle enfanta un fils. Elle dit "Dieu a enlevé ma honte" et elle l’appela Joseph. »

Jacob aura une nombreuse famille dont les membres n’ont pas toujours une conduite exemplaire. Il reçoit l’ordre de rentrer en pays de Canaan et s’enfuit avec femmes, servantes et enfants.

Lorsque Dieu donne à Jacob un nouveau nom, Israël, il bénit sa descendance, ses douze fils, fondateurs directs ou indirects des douze tribus, et Rachel va mourir après avoir donné naissance au dernier de la fratrie : Benjamin.

Quelle postérité pour ces femmes stériles ! et quelle revanche après ces humiliations !