Denise et Jean, 50 ans de vie commune

Denise et Jean Quéré coulent à Saint-Nicolas-du-Pélem une retraite heureuse et active.

La famille de Jean possédait une ferme à proximité de la chapelle du Ruellou, sur la même commune et ce, depuis 1870.

Denise est d’ailleurs toujours bénévole pour l’entretien de l’édifice. En août prochain ce sera un retour aux sources puisque c’est là qu’ils fêteront leur jubilé.

La célébration de cet événement est importante pour les deux époux.

« Il convient de fêter les anniversaires marquants et nous considérons que vivre ensemble 50 ans dans d’assez bonnes conditions est un privilège. De plus nous serons les premiers à fêter des noces d’or depuis plusieurs générations. Nous avons la chance d’avoir des enfants qui ont gardé le sens de la famille et de voir régulièrement nos quatre petits-enfants âgés de 12 à 18 ans.

Nous venons tous deux de familles pratiquantes et avons pu vivre des moments forts : plusieurs fois à Lourdes, un voyage à Rome avec la bénédiction de Benoît XVI et en 2012, un pèlerinage en Terre sainte avec l’abbé Caous qui nous a fait découvrir Jérusalem, Bethléem, Jéricho,…

Cette année nous participons au grand pardon de saint Yves à Tréguier où sont particulièrement invités les jubilaires. »

A 18 ans, au décès de son père, Jean a dû assumer des responsabilités en aidant sa mère à la ferme. Il est quand même parti en Algérie et à son retour, en 1965, il s’est marié à Denise et a repris la ferme familiale.

Ils ont développé successivement un atelier « vaches laitières », un élevage de porcs charcutiers et des poulets de chair.

Jean s’est investi à la F.D.S.E.A., à la chambre d’agriculture, en tant qu’adjoint au conseil municipal.

Pendant ce temps, Denise assurait régulièrement la traite. Ils ont toujours travaillé ensemble et cela a certainement contribué à renforcer les liens dans le couple.

Jean est toujours président des anciens agriculteurs des Côtes d’Armor et de Bretagne. Il se bat pour la revalorisation des retraites agricoles en essayant d’obtenir pour tous le minimum pour vivre décemment.

Il organise de nombreux voyages, tous deux y participent, et cet été ils feront étape à Saint Jacques de Compostelle.

« Plus les années passent, plus le temps s’accélère. Les voyages sont l’occasion de se retrouver, de partager. Être utile aux autres c’est s’assurer une bonne santé physique, mentale et spirituelle », note Jean.

 

Propos recueillis par Joël Le Biavant