Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Le clocher de la chapelle St Colomban à Plounevez-Quintin

Aux origines du projet européen

C’est lors d’un congrès sur saint Colomban que fut esquissée la « construction européenne », à Luxeuil. Ce qu’ont manifestement oublié ses dirigeants.

C’est lors d’un congrès sur saint Colomban que fut esquissée la « construction européenne », à Luxeuil. Ce qu’ont manifestement oublié ses dirigeants.

L’histoire est peu connue… et l’on n’en cultive pas vraiment la mémoire. C’est pourtant sous l’égide de saint Colomban que les fondations de la « construction européenne » furent jetées après-guerre. Par ses pérégrinations à travers l’Europe, ce moine irlandais, contemporain de saint Benoît, fit beaucoup pour évangéliser le continent et assurer son unité spirituelle.

 Catholique fervent, Robert Schuman (1886-1963) s’en souvint quand il décida, dès la fin des années 1940, de favoriser la création d’une union européenne, seule capable, selon lui, de garantir la paix. Alors ministre des Affaires étrangères, il cherchait chez nos voisins des alliés qui soutiennent ce projet. Mais il n’y avait pas encore de majorité, à l’Assemblée, pour approuver cette idée. Traumatisés par l’Occupation, la plupart des Français n’y étaient pas favorables. Et le continent était divisé entre l’Est et l’Ouest. Comment réunir les partisans d’une Europe unie sans ébruiter ces premières discussions ?

Réunion secrète

Schuman confie l’affaire à Gabriel Le Bras, conseiller pour les affaires religieuses au quai d’Orsay, professeur de droit romain et de droit canonique. Qui en parle à l’une de ses anciennes élèves, Marie-Marguerite Dubois, enseignante à la Sorbonne. Tous deux ont l’idée d’organiser un colloque international réunissant clercs et laïcs pour célébrer les 1400 ans de la naissance de saint Colomban. C’est ainsi que se retrouve à Luxeuil-les-Bains, du 20 au 23 juillet 1950, en présence du nonce apostolique, Mgr Angelo Roncalli – futur Jean XXIII –, un aréopage d’universitaires, de théologiens et de ministres venus de sept pays européens. Sans oublier un délégué de l’ambassade américaine à Paris. Les politiques se réunissent discrètement en marge de ce congrès pour évoquer l’avenir.

Rien n’a filtré de leurs discussions même si, lors de l’inauguration de la statue de saint Colomban – devant 20 000 personnes –, le ministre des Affaires étrangères irlandais, Sean MacBride, laisse percer l’ambition de ce congrès : « Nous sommes certains que les travaux et les délibérations qui se sont tenus à Luxeuil […] aideront au développement de la civilisation européenne et chrétienne dans l’idéalisme de saint Colomban. » L’année d’après, sera signé le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier rassemblant la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg – la CECA, premier maillon d’une « construction » européenne, bien oublieuse aujourd’hui de ses racines.

Fabrice Madouas

Jiournaliste

Saint Colomban, le marcheur de Dieu

« Au Seigneur saint, au Père qui est à Rome le plus bel ornement de l’Église du Christ et comme la fleur auguste de l’Europe languissante, […] moi, vil Colomban, j’adresse mon salut. » Ainsi débute l’une des lettres adressées par Colomban au pape Grégoire le Grand vers 590. Cette correspondance atteste l’influence qu’exerça cet infatigable randonneur de Dieu à la fin du VIe siècle. Né en Irlande en 540, mort en Italie en 615, ce moine, de fort caractère, sillonna l’Europe après avoir débarqué près de Saint-Malo dans les années 580, avec une douzaine de ses compatriotes. Leur zèle missionnaire affermit le christianisme en Gaule et favorisa la conversion des populations germaniques et alémaniques. Colomban fonda plusieurs monastères, à Luxeuil (Haute-Saône), à Brégence (Autriche), à Bobbio (Émilie-Romagne), qui essaimèrent sur tout le continent. Il leur donna une règle insistant sur l’ascèse, la pénitence et les mortifications, mais qui protégeait aussi le caractère secret de la confession. Cette règle fut appliquée dans plusieurs centaines d’abbayes avant que ne se répande celle de saint Benoît.

F.M.

Aujourd'hui

vendredi 12 juillet 2024

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Annonces

Articles récents

La Loi morale nous libère

Les 10 et 11 juin, un colloque à l’UCO d’Angers revient sur la fécondité de l’encyclique Veritatis splendor publiée par Jean-Paul II en 1993. Entretien avec Mgr Jean Laffitte, théologien et ancien secrétaire du Conseil pontifical pour la famille.

Lire la suite »

La jalousie du Diable

L’affirmation du livre de la Sagesse selon laquelle «Dieu n’a pas fait la mort (de l’homme)» est tellement contraire à notre expérience que nous peinons à la comprendre : on ne peut penser une vie humaine autrement que mortelle.

Lire la suite »

Agenda

août 2024
Aucun événement trouvé !

Baptême

Les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?