Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Une congrégation en chemin vers la fraternité universelle

Fondées en 1706, au port du Légué en Plérin, les premières Filles du Saint-Esprit ont voulu vivre ensemble pour servir les pauvres, les malades, les enfants. Elles vivaient simplement parmi le peuple. Leur maison était appelée « maison de charité ».

Exclusivement bretonne aux 18ème et 19ème siècles, la congrégation a connu des périodes de croissance régulière et traversé de rudes épreuves mettant son existence même en péril : fermetures de ses dix-neuf maisons au moment de la Révolution française de 1789 ; expulsions, en 1902, de plus de 200 écoles communales tenues en Bretagne, quand le gouvernement lui interdit d’enseigner en France. C’est alors que de nombreuses jeunes Filles du Saint-Esprit s’exilent vers la Belgique, la Hollande, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Cet exil allait devenir pour la congrégation une occasion providentielle d’une extension imprévisible. De nouveaux horizons s’ouvrent : les sœurs, bretonnes pour la plupart, apprennent d’autres langues, s’ouvrent à d’autres cultures…

Et quelques années plus tard, des jeunes filles belges, hollandaises, anglaises, irlandaises, américaines viennent se former à la Maison Mère à Saint-Brieuc pour devenir Filles du Saint-Esprit.  La congrégation devient internationale.

Forte de cette expérience, la congrégation se met à l’écoute des appels missionnaires de l’Église. En 1936, elle ouvre la première « mission », au vrai sens du terme, en Mandchourie, d’où elles seront expulsées en 1951. Mais le sillon est ouvert et les appels de l’Église pour les missions sont de plus en plus forts. En 1954, la congrégation répond à l’appel de Mgr Plumey, O.M.I. (Oblat de Marie Immaculée), originaire du Morbihan, pour sa mission de Garoua, au Cameroun.

En 1964, quatre sœurs anglaises et irlandaises, trois enseignantes et une infirmière, sont attendues par les pères blancs missionnaires d’Afrique à Ile Ife au Nigéria. Les appels viennent aussi de l’Amérique latine : treize sœurs des USA partent pour le Chili, en 1962, où elles ne tardent pas à s’installer dans les « poblaciones », quartiers pauvres de Santiago et d’Antofagasta.

Il faudra attendre 1979, pour l’implantation au Pérou et 1994 pour la première arrivée des Filles du Saint-Esprit au Burkina Faso. En Roumanie, deux sœurs participent à une action humanitaire dans un orphelinat et auprès d’enfants handicapés de 1994 à 2000 et, en 2004, la congrégation décide d’y ouvrir une communauté internationale qui fonde une école à Lugani, cédée à une congrégation du pays en 2013.

L’Esprit souffle où il veut ! Le 28 mars 1989, Monique Gabana, Camerounaise, entre dans la congrégation, première Fille du Saint-Esprit africaine. Au Nigéria, Helena Ugorgi et Agnès Obembe s’engagent le 5 février 1991, six autres en 1992. 

Au Burkina Faso, Olga Kiendrebeogo montre le chemin en faisant profession en 1999. Et d’autres sont venues ! Au Chili, quatre Filles du Saint-Esprit vivent aussi au milieu de leur peuple. Au Pérou, deux sœurs françaises et deux sœurs africaines vivent ensemble, en communauté à Huaura.

 La congrégation est devenue internationale.  Des sœurs africaines assurent des responsabilités dans leur propre pays et même dans la gouvernance générale.

Le défi est grand ! Comment vivre concrètement cette réalité internationale ? Interdépendance, passage du multiculturel à l’interculturel : échange, dialogue, unité de l’ensemble, diversité.

C’est tout l’enjeu de la fraternité universelle à construire ensemble.

Les Filles du Saint-Esprit, réunies en Chapitre général à L’Ile Blanche, du 31 juillet au 15 août 2021, ont élu, pour 6 ans, Supérieure générale, sœur Ann ALMODOVAR (France) et conseillères générales : sœur Abiola ADIGBOLUJA (Nigéria), sœur Olga KIENDREBEOGO (Burkina Faso), sœur Anne-Marie LE PABIC (France) et sœur Jeannine LEGERE (USA).                                                                                     

Pour participer avec d’autres à la mission de l’amour de l’Esprit-Saint dans notre monde, nous devons entendre le cri de la terre et le cri des pauvres indissociablement liés et les faire nôtres (extrait des orientations).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

vendredi 03 décembre 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

Annonces

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?