Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

La Résurrection de Jésus est-elle un fait historique ?

Les chrétiens considèrent souvent que la Résurrection du Christ n’a de réalité que pour le cœur.

Réfléchissons une seconde : pourquoi croyons-nous que Jésus est ressuscité ? Pour une raison très simple : parce que les Apôtres nous l’ont dit. Et, comme l’écrivait Pascal, on peut croire les témoins qui se font égorger ! Nous ne croyons donc pas à la Résurrection « parce que c’est une belle idée », ou « parce que cela nous aide à vivre », ou même « parce que sinon ce serait trop triste », comme disent les enfants. En tout cas, ce ne serait pas une raison suffisante : « Le plus grand dérèglement de l’esprit, disait Bossuet, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet. »

Des témoins fiables

Nous croyons donc à la Résurrection parce que l’Église nous a transmis le témoignage oculaire des Apôtres, et que nous n’avons – tout bien considéré – aucune raison solide de douter de ce témoignage. Bien sûr le don surnaturel de la foi nous aide à adhérer à la Bonne Nouvelle ; mais la grâce est toujours ancrée sur une certaine base naturelle ; en l’occurrence, la simple confiance dans la parole de témoins fiables. Or, ce témoignage nous conduit à un fait tout simple – même si ses implications sont gigantesques et surnaturelles : Jésus est apparu vivant, en chair et en os, deux jours après sa mort sur la croix.

La Résurrection n’est pas un symbole, une image, un mythe – non, c’est un fait. Le fait qui casse l’histoire humaine en deux, et sans lequel notre foi serait vaine et notre espérance sans fondement.

Des faits établis

Mais pourquoi faudrait-il croire les Apôtres ? Mettons-nous dans la peau d’une sorte de Sherlock Holmes qui enquête sur cette résurrection, en se méfiant un peu des témoins. Nous aurions face à nous cinq faits bien établis – et d’ailleurs reconnus par la majorité des historiens, croyants ou non. 1° Jésus est mort : c’est indubitable, Romains et Juifs en attestent. 2° Jésus a été enterré dans la tombe de Joseph d’Arimathie : les évangélistes n’auraient pas inventé ce détail, car Joseph d’Arimathie était membre du Sanhédrin… tribunal détesté par les Apôtres. 3° Le tombeau a été retrouvé vide le troisième jour : la tradition juive elle-même le rapporte, optant pour l’hypothèse d’un vol de cadavre. 4° Les Apôtres ont raconté avoir vu Jésus bien vivant après sa mort : ces récits ne sont pas en eux-mêmes des preuves, mais ils supposent au moins des expériences psychologiques extraordinaires. 5° Les apôtres sont passés subitement de la dépression à l’enthousiasme évangélisateur

 

– les historiens sont tous d’accord sur ce point. Aucun de ces cinq faits n’est surnaturel : un tombeau vide, des récits d’apparition, un bouleversement psychologique… Ce sont des faits parfaitement acceptables et acceptés par la science historique.

L’évidente vérité

À partir de là, la bonne question est : comment expliquer l’ensemble de ces données ? Quelle est l’hypothèse explicative la plus simple, la plus probable ? Un vol de cadavre ? Oui mais par qui ? Par les ennemis de Jésus ? Si c’était le cas, ils auraient rapidement montré le corps pour faire cesser la rumeur de résurrection. Par ses amis ? Mais alors il faut supposer que les Apôtres mentaient et se faisait tuer pour ce qu’ils savaient être un mensonge – « martyr » veut dire « témoin » en grec… Ce n’est pas plausible. Des hallucinations ? Mais Pierre, Jean, Jacques et Paul avaient des profils psychologiques très différents ; il est peu probable qu’ils aient tous été psychotiques… Il reste bien une possibilité : la Résurrection ! Voilà une hypothèse qui rend compte de l’ensemble des données, sans qu’il soit nécessaire de recourir à des complots compliqués ni à des épidémies de psychoses hallucinatoires. Elle suppose une seule chose : un miracle. Mais s’il existe un Dieu, ce qui se démontre par la raison, les miracles sont possibles. Même s’ils ne sont pas fréquents. On peut alors appliquer la maxime de Sherlock : « Quand on a éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être la vérité. »

Charles Becquérieux

FRANCE-CATHOLIQUE.FR N°3629 19 avril 2019

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

mardi 15 juin 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

L'agenda est vide!

Annonces

Catéchèse

Nous avons débuté l’année scolaire avec un calendrier de plusieurs dates pour les Catés/dimanche ; mais la situation sanitaire a imposé de revoir nos interventions en catéchèse avec les enfants de la Zone de Rostrenen.

Depuis le début du mois de février, l’équipe des catéchistes propose la catéchèse en alternance entre Rostrenen et Corlay les mercredis soit de 10h à 11h30, soit de 14h à 15h30 ou soit les samedis de 10h à 11h30.

Pour voir l’ensemble du programme, cliquer ici

Pour inscrire vos enfants il convient d’appeler au presbytère de Rostrenen ou Louis Le Mée au :
07 55 62 77 80.

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Attention

Samedi 10 avril

Messe à Trébrivan à 17h00

et non pas à Treffrin

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?