La doctrine sociale de l’Eglise : Une symphonie inachevée…

Une nouvelle année commence ! Mettons-la sous le signe du « bien commun » à partager avec la découverte de la doctrine sociale de l’Eglise. Le 12 octobre 2014, dans l’amphithéâtre du collège du Sacré-Cœur, l’Abbé Guézingar, du diocèse de Quimper, donnait une conférence sur ce thème trop méconnu par les catholiques. Dieu a créé l’homme comme un être social. Ceci nous est manifesté dans les premières pages de la Bible : « Dieu créa l’humain à son image : homme et femme il les créa » (Gn 1, 27). « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Gn 2, 18).

Dieu est Père, Fils et Saint-Esprit : incessantes relations de don. Dieu forcément crée l’homme comme un être relationnel, appelé à s’épanouir et à s’accomplir dans l’unité de la société. Donc, l’existence des pauvres apparaît comme une écorchure de l’alliance : « Qu’il n’y ai pas de pauvres chez toi! » (Dt 15, 4).

Jésus-Christ vient sauver tout l’homme et tous les hommes, à commencer par les plus pauvres : « C’est un salut universel et intégral. Il concerne la personne humaine dans chacune de ses dimensions : personnelle et sociale, spirituelle et corporelle, historique et transcendante » (Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise N°38). C’est croire en l’amour trinitaire transfigurant toutes les relations sociales pour que l’humanité émerge comme une humanité sauvée et libre. Henri de Lubac disait : « Le catholicisme est social par essence, au point que parler de ‘‘catholicisme social’’, c’est un pléonasme ! »

La préoccupation sociale de l »Eglise est aussi vieille que l’Eglise. Les premiers chrétiens vivaient une fraternité économique entre eux en étant des citoyens soucieux et actifs dans toute la vie sociale : « L’Eglise est experte en humanité. » (Bienheureux Paul VI.)

Le christianisme ne peut se cantonner dans le pur spirituel ; il ne peut consentir à la privatisation du religieux. Je ne peux pas avoir le Christ que pour moi seul ! Il faut une cohérence entre le sacrement du frère et le service de l’autel. Quand on oublie le sacrement du frère on devient ritualiste ; mais le sacrement du frère sans le sacrement de l’autel aboutit à de l’activisme. Le christianisme a une prétention publique et cherche le règne du Christ dans toute son extension sociale. Le social est le monde où grandit le Royaume : « Que ton règne vienne sur la terre comme au ciel. »

Dès le début du XIXème siècle des prêtres et des laïcs catholiques mettent en place des institutions sociales pour faire face aux problèmes nouveaux de l’industrialisation. Des intellectuels comme La Mennais et le Bienheureux Frédéric Ozanam réagissent avec vigueur aux situations nouvelles de paupérisation. De plus en plus, on presse Rome de se prononcer sur la question sociale. C’est l’encyclique Rerum Novarum de Lèon XIII en 1891 qui répondra à cette attente : « Le salaire non fixé sur le marché, mais sur la dignité humaine… ». Le marché ne produit pas de civilisations. Les chrétiens ont une seule doctrine, un maître : Jésus Christ. Il nous enseigne à vivre par ses paroles et par ses actes. Sa vie est pro-vocatrice : elle norme la nôtre. La doctrine sociale de l’Eglise, ce sont les paroles et les actes du corps du Christ en matière sociale. Il y a un lien entre évangélisation et pensée sociale : indiquer des remèdes, des chemins pour l’homme. Le lien entre le kérygme et la pensée sociale sont incontournables.

Voici les 7 principes de l’enseignement social de l’Eglise : au centre l’homme, le bien commun, la destination universelle des biens, l’option préférentielle pour les pauvres, la subsidiarité, la participation, et la solidarité. Puisque le principe central est l’intangible dignité de l’homme, toute la société, dans ses diverses structures sociales, économiques et politiques, doit donc être ordonnée à l’homme.

Invitation à aller plus loin :

  • Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise (cf site internet du Vatican)
  • « Notre bien commun », conférence des évêques de France.
  • Parcours Zachée, la doctrine sociale de l’Eglise Tome 1 Le compas – Tome 2 La boussole (Éditions de l’Emmanuel).
  • Le site CERAS (http://www.ceras-projet.org/) très complet avec les encycliques en lien avec la doctrine sociale de l’Eglise et aussi des informations sur le contexte historique.
  • Nous pouvons écouter en podcast l’intégralité de la conférence sur la doctrine sociale de l’Eglise de l’abbé Guézingar, sur RCF Clarté (http://rcf.fr/radio/rcf22/).

Le monde nous attend ! Avançons au large !

Louis Le Mée