Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Kaer e oa ar pardon !

Mardi 4 mai, 16 heures, « le comité de rédaction » du bulletin paroissial débat : quelles seront les propositions d’articles pour le mois de juin ?

Après un bel échange, constructif et très cordial, comme à l’accoutumée, sur l’ensemble des sujets à aborder, il est convenu qu’une page serait consacrée à l’histoire des pardons. Afin de récolter quelques témoignages, je lance, quelques heures plus tard, une consultation par le biais d’un réseau social sur Internet. Surprise ! Le sujet intéresse bien au-delà des cercles habituels des participants aux pardons. Essayons ci-dessous de retranscrire au mieux les diverses expressions reçues en les appuyant sur quelques réflexions personnelles.

Un lieu

Trente personnes ont répondu spontanément à l’enquête. Chacune cite un lieu de rassemblement et insiste sur l’importance mémorielle de celui-ci. Une foule s’y rassemble et suit un cheminement où la beauté de l’ensemble et la joie qui en émanent sont systématiquement rappelées.

La carte de notre secteur pastoral se dessine, sur Internet, avec un vaste circuit des pardons.

Se rendre au pardon c’est espérer par avance, parfois même être certain, d’aller à la rencontre du « beau » et de « la joie ». La beauté du lieu avec une église ou une chapelle, une fontaine, une procession avec ses couleurs, « des gens endimanchés », le feu. La joie de retrouver une fa- mille, des enfants du même âge, une ambiance, une fête religieuse qui dé- bouche inévitablement sur une fête profane.

Un temps particulier

Certains parleront de « rituel », « d’un merveilleux rassemblement de paix », de « souvenirs d’enfance ». Le chant « à pleine voix » et en breton est particulièrement évoqué comme une force, « un hymne local connu des croyants comme des non-croyants ».

Vivre le pardon c’est accepter de suivre un parcours codifié tout en se laissant porter par une musique, une langue, une culture. Les plus jeunes vont découvrir « le rite » par immersion bien plus que par une leçon qui serait à apprendre. On pourrait sans doute parler d’une catéchèse active. La connaissance des

aînés est transmise simplement sans discours particulier. Le silence se découvre, le cantique rassemble la communauté, la marche donne du mouvement, le feu fascine.

La rencontre d’une Parole

Au-delà de ce que les participants expriment à l’intérieur du lieu de culte, il y a indéniablement la rencontre d’une Parole. Il y a aussi ce qui reste de l’expression du prêtre « pardonneur », ce que l’on en comprend et ce qui en est ensuite rappelé. « Celui-là parle bien », « Son sermon était beau ». Ceci contribuera largement à ce que l’on puisse dire « Kaer e oa ar pardon ! ».

Rencontrer une Parole le jour du pardon c’est se rendre disponible à l’écoute attentive, se laisser toucher par les mots, les garder en mémoire.

Des rencontres

Le pardon est une pleine journée de fête. Les rencontres s’enchaînent, retissent les liens et en créent de nouveaux.  Beaucoup parlent d’un repas de famille et sont encore capables parfois d’en donner le menu qui peut être immuable. C’est aussi le temps du jeu après les vêpres, avec les friandises et les quelques pièces que glisse une grand-mère parce que l’on a été suffisamment sage en assistant à la messe du matin.

C’est donc bien la totalité des rencontres qui va en définitive permettre le lieu d’un brassage humain (« melting-pot » en anglais) et favoriser sans doute la constitution d’une culture commune. Il n’est plus possible dès lors de dissocier la partie religieuse de la partie profane, c’est un tout, l’une ne pouvant vraiment fonctionner sans l’autre.

Nos paroisses du Centre-Bretagne ont débuté, depuis le mois de janvier, la longue liste des pardons. Certains attirent encore une assemblée bien fournie, d’autres semblent un peu en déclin, quelques-uns se renouvellent et se refont une nouvelle jeunesse.

Et si cette année nous décidions de nous remettre en route vers ces lieux où le temps est particulier et les rencontres si nombreuses ?

Et déjà, nous vous attendons !

 * Kaer e oa ar pardon ! / « Beau était le pardon ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

mardi 03 août 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

Annonces

Catéchèse

Nous avons débuté l’année scolaire avec un calendrier de plusieurs dates pour les Catés/dimanche ; mais la situation sanitaire a imposé de revoir nos interventions en catéchèse avec les enfants de la Zone de Rostrenen.

Depuis le début du mois de février, l’équipe des catéchistes propose la catéchèse en alternance entre Rostrenen et Corlay les mercredis soit de 10h à 11h30, soit de 14h à 15h30 ou soit les samedis de 10h à 11h30.

Pour voir l’ensemble du programme, cliquer ici

Pour inscrire vos enfants il convient d’appeler au presbytère de Rostrenen ou Louis Le Mée au :
07 55 62 77 80.

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Attention

Samedi 10 avril

Messe à Trébrivan à 17h00

et non pas à Treffrin

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?