Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Homélie pour le 1er dimanche de l’Avent

« C’est toi, Seigneur, notre père ; 
« notre rédempteur depuis toujours »

Meurtri, désemparé, éprouvé par certains évènement de la vie (Maladie, mort, guerre…)  le premier réflexe du croyant est d’émettre un cri du cœur  vers son seul et dernier recours, Dieu son Père avec une soif de voir sa puissance se manifester d’une manière spectaculaire pour mettre fin à sa souffrance  et anéantir ou faire taire ses adversaires une fois pour de bon. La première lecture de ce jour nous en donne l’exemple dans le livre d’Isaïe :

« Ah! Si tu déchirais les cieux, si tu descendais! Les montagnes seraient ébranlées devant ta face ».

Tout comme les scientifiques et les politiques, les croyants et les responsables religieux essuient eux aussi de dures critiques sur  le silence de Dieu face à une créature infiniment petite qui livre une guerre sans merci à toute l’humanité depuis une année ; un virus  qui emporte méchamment sur son passage vieux et jeunes, qui  fait fermer mêmes les lieux  ou les croyants prétendent rencontrer  leur(s) Dieu(x) tout puissant ;un virus qui impose un silence de mort à nos villes mêmes les plus bruyantes et sème de l’incompréhension entre gouvernants et gouvernés, oppose  mêmes les scientifiques, nos nouveaux sauveurs entre eux. Que faire devant une telle scène apocalyptique  digne d’un film d’horreur ?A quel saint se vouer finalement ?Devons nous continuer d’espérer quelque chose de bon de la part de ce Dieu invisible dont le silence devient de plus en plus agaçant et dépourvu de sens ?En quoi est-il encore  un Père tout puissant(cf le Crédo) ; un rédempteur(la première lecture du jour), un berger(Ps 22)  s’il doit laisser son troupeau à la merci de soi-disant puissants de ce monde et d’arrogants groupuscules qui détiennent toute la richesse du monde et dictent leur loi à la majorité ? Puisqu’un problème bien posé est à moitié résolu, sommes-nous en train de  poser réellement et sincèrement les vraies questions  et de la bonne manière ? Le psalmiste semble avoir trouvé la réponse et la solution (une réponse / solution qui explique  la cause de nos problèmes) : Revenir à Dieu.

« Dieu fais nous revenir, que ton visage s’éclaire et nous serons sauvés »

Si telle est la solution (revenir à Dieu) l’homme quel qu’il soit doit se poser des questions d’abord sur sa responsabilité face à toute la création et à l’histoire. Comment gérons nous ce que nous sommes venus trouver sur terre pour notre propre bien et celui des générations futures ?Quel compte pouvons nous rendre au vrai et seul propriétaire de l’univers qui nous a généreusement tout confié ? Quel témoignage donnons-nous en tant chrétiens dans notre rôle de lumière et sel de la Terre ? Dieu n’a-t-il finalement pas été exclu du monde qu’il a pourtant crée lui-même ? L’homme moderne (ou postmoderne) s’est  éloigné de Dieu, et a érigé en dieux ses propres institutions, ses prétendus  savoirs et avoirs. Dieu  semble  ne plus avoir la première place nulle part, même pas dans les  églises. L’homme s’est éloigné de sa source de vie ; de son bonheur, de son souverain bien. Sommes-nous  au bord du gouffre ?

J’ose croire que l’espoir est encore permis puisque nous sommes dans l’attente de la révélation de notre Seigneur  Jésus Christ ; en lui nous dit saint Paul, nous avons reçu la grâce et toute les richesses, toutes celles de la Parole et de la connaissance de Dieu (2e lecture).Et fort heureusement, ce deuxième avènement du Christ(retour à la fin des temps) ne comporte plus une signification de souffrance comme le premier mais porte le diadème de la royauté. (Cf Saint Cyrille de Jérusalem). Pour en profiter pleinement le Christ nous donne cette recommandation :

« Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maitre de la maison »

Le temps de l’avent que nous débutons ce dimanche est le moment favorable pour revenir au Seigneur. C’est le temps de vigilance, de prière, du redoublement d’attention et d’effort dans l’accomplissement de bonnes œuvres en tout temps et en tout lieu car ‘’nous ne savons pas quand sera le moment ‘’ nous dit Jésus dans l’Evangile. Puissions-nous, chacun selon ses capacités, mettre au point les mesures barrières les plus draconiennes possibles contre le mal sous toutes ses formes, la peur et le découragement  afin de rester éveillés dans la foi et dans l’attente du Messie, notre unique et vrai rédempteur.

                                       BON TEMPS DE L’AVENT 

Références des lectures :

1ere lecture : Is 63,16-17.19 ; 64,2-7

Psaume 79 Dieu fais nous revenir, que ton visage s’éclaire, et nous serons sauvés.

2e lecture :1Co1,3-9

Evangile : Mc 13,33-37

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

mardi 19 octobre 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

L'agenda est vide!

Annonces

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Attention

Samedi 10 avril

Messe à Trébrivan à 17h00

et non pas à Treffrin

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?