Clotilde: infirmière en coopération au Bénin

clip_image002

Clotilde Rault, infirmière, va partir 2 ans en coopération au Bénin

Native du Haut-Corlay, Clotilde Rault est une toute jeune infirmière qui se prépare à partir pour 2 années au Bénin. Elle travaillera avec le Père Christian Steunou, l’infirmier missionnaire, originaire de sa paroisse. Clotilde nous livre son témoignage.

« Je suis âgée de 21 ans et après mon bac, préparé au centre Jean XXIII de Quintin, j’ai suivi des études d’infirmière à Paris. Je suis diplômée depuis 1 an et je travaille au centre hospitalier de Morlaix.

Troisième d’une fratrie de 5, je suis née dans une famille chrétienne, engagée dans la vie de l’Eglise. Avec d’autres jeunes de la paroisse, je joue de l’orgue aux messes dominicales. Grâce à la pastorale des jeunes du diocèse, je suis partie à Lourdes, Taizé et aux JMJ de Madrid. En 2012, je suis allée 3 semaines au Burkina avec la communauté des Augustines de Gouarec. Nous avions pour mission, avec les jeunes du village, la construction d’un préau pour leur école.

Sur notre paroisse, nous sommes en lien avec le Père Christian Steunou. Ce missionnaire soigne, depuis plus de 30 ans, des malades dans un dispensaire qu’il dirige à Davougon au Bénin. Une importante association du secteur le soutient. Elle organise au mois de juillet une grande fête à l’hippodrome de Corlay. Le Père Christian y préside la messe et plus de 1 000 repas sont servis. Chaque année, 600 tonnes de papiers sont collectées et vendus. Grâce aux nombreux donateurs, c’est plus de 150 000 euros qui sont adressés à Davougon tous les ans.

En devenant infirmière, j’ai mûri le souhait de partir en coopération pour 2 ans. Lorsque j’en ai parlé au Père Christian, il m’a tout de suite encouragée. J’ai contacté la Délégation Catholique pour la Coopération (DCC) qui m’a instruit un dossier et proposé une formation de 2 week-ends de discernement et 10 journées de préparation au départ.

Récemment, j’ai eu la surprise de recevoir un mail de Monseigneur Moutel. La DCC avait pris soin de lui faire part de mon projet. Monseigneur m’encourageait et m’informait que le diocèse de St-Brieuc avait des liens étroits avec celui d’Abomey où j’exercerai !

Au mois d’août, je m’envolerai pour le Bénin. Je sais que je vais devoir faire le deuil de quelques-unes de mes passions comme la natation, la course à pied, la danse bretonne…

J’ai hâte d’être là-bas pour donner de mon temps, être utile, mais surtout vivre une expérience humaine faite de partages et de rencontres »,