Catéchèse ou culture chrétienne?

René Le MeurDepuis plusieurs années, l’école Notre Dame n’assure plus de temps de catéchèse auprès des enfants qui lui sont confiés. De façon très majoritaire, les écoles primaires catholiques du diocèse ont adopté les mêmes dispositions.
S’agit-il pour autant d’un renoncement au caractère catholique de l’établissement ? Ici à Rostrenen, l’école, ouverte en 1901 par les religieuses, Filles du Saint-Esprit, est-elle sur le point de perdre ses repères ou de tourner le dos aux principes de ses fondateurs ?
Afin de mieux comprendre la réponse donnée à ces interrogations, il n’est sans doute pas inutile de rappeler quelques évidences :

  • En Bretagne, l’école catholique et ce, depuis ses origines, a toujours su ouvrir largement ses portes à toutes les familles. Au moment de l’inscription de l’enfant, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses des parents n’ont pas à compliquer le choix qui est alors posé.
  • Il s’agit, bien simplement, d’accueillir et d’accompagner chacun sur le chemin de la découverte.

Dès lors, La culture chrétienne peut être proposée à tous les élèves. Très concrètement, à partir de textes bibliques, de documents, de visites, de témoignages, chacun apprend à s’emparer de clefs. L’année scolaire est également ponctuée, selon le projet de l’équipe enseignante, de quelques temps particuliers qui jalonnent aussi la route : célébration de rentrée à la collégiale, exposition de crèches et portes ouvertes, journée « Pèlerins d’un jour », participation à une action de solidarité…
En dehors des horaires habituels de l’école, les enfants qui souhaitent examiner plus à fond le parcours de découvertes et s’engager vers les sacrements sauront rejoindre la paroisse pour une catéchèse adaptée.
Les repères demeurent et le caractère catholique de l’école se vit, comme par le passé, avec les mêmes exigences. C’est bien au fil des jours, avec toute la patience nécessaire et le respect des personnes, que nous sommes appelés à construire ensemble de nouvelles passerelles. Au-delà du bien « vivre ensemble » et des connaissances liées à la culture chrétienne que nous pouvons tous partager, osons, sans crainte, parler d’Espérance et proposer à chacun (adultes et enfants) de poursuivre la rencontre de l’autre et d’avancer avec confiance. Ce que chaque individu fera de ces premières initiations n’est sans doute pas écrit, il lui restera toujours, si tel est son souhait, à approfondir le message.

René Le Meur.