Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Sainte Anne de Faras – Musée de Varsovie

Sainte Anne de Faras

Cette peinture copte a accompli un trajet inattendu et improbable depuis les rives du Nil jusqu’à celles de la Vistule, à Varsovie

Quelle beauté dans ce visage à l’expression méditative et un peu mélancolique ! Cette tête de sainte Anne est un fragment de peinture murale à sec copte – il n’existe pas de fresques peintes sur enduit frais en Égypte. Datée du début du VIIIe siècle, elle est conservée au Musée national de Varsovie depuis 1964.

Sainte Anne, la grand-mère de Jésus, est représentée comme une jeune femme voilée, un doigt posé sur les lèvres en signe de silence et de respect devant le mystère du Salut et de l’Incarnation. Une inscription en grec précise qu’il s’agit de « Sainte Anne, mère de la Theotokos – la Mère de Dieu ». Sans cette indication, il serait difficile d’identifier cette jeune femme comme la mère de Marie : elle est si différente de la façon dont on représente sainte Anne en Europe, en particulier en Bretagne ! Les formes rondes et simplifiées, les yeux immenses, grands ouverts sur l’invisible et l’éternité, signent l’art copte égyptien. Ce style rappelle celui des célèbres portraits funéraires de l’Égypte romaine, aussi appelés « portraits du Fayoum ».

Les peintures de Faras déclinent toutes les teintes d’ocre rouge et ocre jaune. La coiffure d’Anne, avec une sorte de bourrelet de tissu roulé sur le front, recouvert d’un voile, est typique des icônes coptes, ainsi que des mosaïques de Constantinople. Nous sommes aux confluences des inspirations coptes et byzantines.

La cathédrale sur le Nil

Cette œuvre fut peinte dans le transept nord de la grandiose cathédrale de Faras qui s’élevait autrefois sur la rive gauche du Nil, au bord du fleuve. Ce site chrétien – que l’on appelait Pahoras ou Pachoras dans l’Antiquité – est en Basse-Nubie, du côté soudanais de la frontière, à 20 km au sud d’Abou Simbel. La Basse-Nubie s’étend du sud de l’Égypte jusqu’au nord du Soudan ; la Haute-Nubie se trouve aujourd’hui entièrement au Soudan.

Ancien « pays de Kouch », la Nubie fut christianisée au VIe siècle par les missionnaires coptes venus d’Égypte. Des églises et des cathédrales s’élevaient tout le long du Nil, de l’Égypte à l’Éthiopie. Large de 25 mètres, la grande cathédrale de Faras fut édifiée au VIIe siècle. Elle comptait cinq nefs. Ses peintures s’échelonnent du VIIIe au XIIe siècle. La cathédrale était accompagnée d’une vaste forteresse comprenant l’évêché et un monastère.

Le site de Faras fut abandonné définitivement au XIIe siècle à cause de la persécution islamique. La forteresse, qui était encore debout, fut détruite en 1820 sur l’ordre de Muhammad Ali Pacha, vice-roi d’Égypte et bourreau des chrétiens, qui fit la conquête du Soudan – ce qui lui permit de se fournir en esclaves.

La Nativité de Jésus-Christ, fin du Xe siècle, cathédrale de Faras,
conservée au musée national du Soudan à Khartoum.

Quand on construisit le haut-barrage d’Assouan, Faras fut noyé sous les eaux du lac Nasser en 1964, avec beaucoup d’autres vestiges de cette région. Le temple d’Abou Simbel et treize autres temples antiques furent déplacés. Les autres sites ont été seulement fouillés, et une partie de leur contenu déménagée.

Faras a été fouillé de 1960 à 1964 par la mission archéologique polonaise du professeur Kazimierz Michałowski – les Polonais, comme les Français, les Anglais et les Allemands, ont d’éminents égyptologues. Ses peintures ont été partagées entre la Pologne et le Soudan, comme le prévoient les lois internationales. Une moitié a été transportée au musée de Khartoum – où il n’est pas facile d’aller les voir. La plus remarquable est une Nativité, probablement de la fin du Xe siècle. Les autres œuvres sont exposées au musée de Varsovie, dans le magnifique département qui leur est consacré : les archanges, la Croix glorieuse, la Vierge à l’Enfant avec un évêque, et bien d’autres. Le visage émouvant de notre sainte Anne, à l’expression si mystérieuse, est devenu l’emblème et l’œuvre-phare du musée polonais.

Marie-Gabrielle Leblanc

Marie-Gabrielle Leblanc est historienne d'art, spécialiste de la peinture flamande du XVe siècle, de l'art baroque européen, de l'art copte des chrétiens d'Egypte et de l'art orthodoxe byzantin.

Aujourd'hui

mercredi 22 mai 2024

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Annonces

Articles récents

Agenda

mai 2024
juin 2024
août 2024
Aucun événement trouvé !

Baptême

Les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?