Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Rencontre : l’abbé Jean Mabundi

À la suite du départ du père Jean Bernard, le père Jean Mabundi a été nommé prêtre administrateur de notre zone pastorale, jusqu’à la fin du mois d’août. Homme de communication, il est bien connu dans notre diocèse où il sert notre Église depuis 26 années dans de nombreuses paroisses et missions diocésaines. Il fut d’ailleurs le premier étranger, toutes nationalités confondues, à être nommé curé dans le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier.

Père Jean, parlez-nous de votre enfance

J’ai 66 ans, dont 39 de sacerdoce ministériel. Je suis français d’origine congolaise, né à Kananga en RDC, une ville de près de 2 millions d’habitants. Mes parents étaient un couple croyant et chrétien, ils étaient enseignants, très proches de l’Église.

Comment est venue votre vocation ?

Dans notre maison familiale, j’ai toujours vu des prêtres et des religieuses missionnaires en réunions paroissiales ou invités à notre table. J’ai aimé ce qu’ils étaient et ce qu’ils vivaient. Un jour, j’ai pensé que je pouvais, moi aussi, marcher comme eux, à la suite du Christ qu’ils annonçaient, au cœur des mutations et transformations galopantes de notre société. Accompagnement, études et formations nécessaires me permettent de répondre à cet appel.

Quel a été votre parcours ?

Après un bac chimie-biologie, je suis rentré au séminaire de Kananga pour 6 années d’études. J’ai été ordonné prêtre le 19 août 1984. Je suis devenu enseignant puis secrétaire de mon évêque. Notre conférence épiscopale provinciale m’a proposé de suivre une formation de journaliste à l’école supérieure de Lille. L’objectif était de créer une radio dans mon pays d’origine et de soutenir des médias éprouvés par la dictature de Mobutu à l’époque.

Et vous êtes resté en France ?

Durant ma formation j’avais effectué différents stages dans les radios catholiques et dans les journaux paroissiaux de Lille. Au moment de repartir au Congo, la guerre a éclaté là-bas. Mon évêque m’a conseillé de rester quelques temps en France pour préserver les acquis.

Et vous êtes venu en Bretagne ?

Oui, je ne connaissais rien de cette région, à part le nom de Guingamp pour ses exploits au foot bien connus jusqu’au Congo ! En 1996, je suis donc venu remplacer un prêtre à Erquy, pour l’été. Voilà comment j’ai rencontré Mgr L. Fruchaud. Plus tard mon évêque au Congo va accepter de me mettre à la disposition du diocèse de Saint- Brieuc, à la demande de l’ordinaire d’ici. Depuis 2005, je suis prêtre incardiné et Saint-Brieuc est mon diocèse. Je n’en ai pas deux.

Comment s’est passé votre intégration en Bretagne ?

J’ai d’abord été bien accueilli et c’est très important. Je suis arrivé le 12 septembre 1997 et j’ai été témoin d’un tournant décisif : un aménagement pastoral important et une réorganisation de 416 paroisses à 70 paroisses canoniques nouvelles.
J’y ai vu une recherche d’une Église et d’Église ; un projet pastoral osé, qui mobilise. J’y ai cru. Avec mon incardination, j’ai donc pris ma part de cette gravité.

Dans quelles paroisses avez-vous été nommé ?

Trois ans à Pléneuf-Val-André, 4 ans à Erquy et Fréhel, 4 ans à Loudéac, Plémet et Plouguenast (et responsable de la zone pastorale de Loudéac). En septembre 2008, je suis devenu curé des paroisses de Plérin, Pordic et Etables-sur- Mer. En 2010, délégué épiscopal à l’information et responsable des médias diocésains, mais aussi délégué aux réalités économiques, sociales et aux collectivités locales. À partir de 2015, j’ai été nommé curé de Dinan, Évran, Pleudihen, Plélan-le-Petit et Saint-Samson-sur-Rance. En septembre dernier (2022), j’ai été nommé recteur du Sanctuaire Marial Diocésain de Querrien, en La Prénessaye (22). Mi-février, notre évêque m’a confié la mission de prêtre administrateur de la zone pastorale de Rostrenen, jusqu’à la fin du mois d’août.

Comment voyez-vous votre nouvelle mission ?

« Dans une goutte d’eau se tiennent les mystères de l’océan » ; dans la réponse de chacune, chacun, aux appels du Seigneur se tiennent les mystères d’une Église dans sa longue marche … Ce message est sans détour au moment où je vous rejoins sur votre zone pastorale pour quelques mois, car je suis d’abord recteur du Sanctuaire.
Dans l’humilité, la patience et le courage de la foi, nous pouvons nous entraider et permettre à tout homme, toute femme, qui cherchent Dieu, à imprégner de valeurs évangéliques leur vie. Enfants, adolescents, jeunes, adultes, personnes âgées, personnes de toutes conditions, croyants et non-croyants … nous pouvons écrire ensemble une page de risques et de promesses. Cette approche intégrative de la coresponsabilité, la synodalité, est devenue une exigence pour faire Église aujourd’hui. Église des personnes qui lisent l’Évangile, mais qui se laissent surtout lire par lui.
En effet, croire nous engage dans une expérience, celle d’un mystère qui se tisse par des rencontres décisives avec le Christ, celle de sortir de nous-mêmes et d’aller jusqu’aux périphéries de l’existence – du monde très vivant des réalités quotidiennes. Au-delà de nos certitudes et de nos évidences, découvrir nos manques, pour mieux accueillir le don d’une Église de tradition dans un monde en pleine évolution.

Merci Père Jean !

Maryvonne et Christian Rault

Aujourd'hui

mardi 05 décembre 2023

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Annonces

Articles récents

Agenda

décembre 2023
samedi - dimanche 09 - 10 décembre
8 h 00 min - 18 h 00 min

Marché de Noël

Village St-Joseph
dimanche 10 décembre
10 h 00 min - 18 h 00 min

Marché de Noël

Salle des Fêtes
janvier 2024
Aucun événement trouvé !

Baptême

Les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?