Le pardon de saint Goneri a été célébré en plein air. Un chapiteau a été installé devant la chapelle pour abriter l’autel et les célébrants. Le Père Jean Bernard Fortuma était accompagné par le Père Peterson, haïtien comme lui et qui fut son condisciple au séminaire. Le Père Peterson, qui suit des études à Paris, est venu aider nos prêtres jusqu’au début de septembre.
Au cours de la messe le petit Tom a été baptisé.
Dans l’évangile du jour, saint Matthieu nous rapporte le miracle de la multiplication des pains :

« Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés » (Mt 14, 13-21)

En ce temps-là, quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied. En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades. Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! » Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. » Jésus dit : « Apportez-les moi. » Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule. Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins. Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

Pour son homélie, le Père Jean Bernard a choisi une phrase clé de ce récit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger ». Les disciples ont commencé par « botter en touche » en disant  à Jésus « Renvoie la foule ! ». Jésus aurait pu aussi faire un miracle et rassasier d’un coup toute cette foule. Mais ce n’est pas ce qu’attend Jésus : « Donnez-leur VOUS-MÊMES à manger ». On ne peut pas se décharger sur Jésus du soin des autres. Jésus attend de nous que nous fassions le premier pas, que nous partagions et lui multipliera notre geste.

Après la messe, ce fut la traditionnelle procession au tantad et la bénédiction des enfants.

Cliquez sur les photos pour les agrandir et lancer le diaporama.