Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

La plus belle histoire du monde

16 mai 2020 : centenaire de la canonisation de Jeanne d'Arc

Le philosophe Alain disait de l’aventure de cette jeune fille de Domrémy, chef de guerre, libératrice de son peuple et restauratrice de son Roi, qu’elle était « la plus belle histoire du monde ». Son historien, Philippe Contamine ajoutait « et le plus fort est que cette histoire est vraie ».

Peu de personnages historiques ont été autant étudiés que Jeanne d’Arc.

Elle a subi sept procès. Un qu’elle gagna à Toul, contre un jeune homme qui prétendait qu’elle devait l’épouser. Ensuite, à la demande du roi, elle fut soumise à l’examen de dames qui devaient dire si elle était vierge. Puis de théologiens, qui jugèrent qu’« il n’y avait en elle que du bon ». Puis, le Procès de Rouen qui la condamna, le procès de Paris qui annula le procès de Rouen, le procès de béatification, enfin le procès en canonisation, qui dura plus de cinquante ans.

Impossible de parler de légende ou de mythe.

Cette vérité a été écrite, au Procès de Rouen avec ses propres mots : « Dans mon pays, on m’appelait Jeannette », « J’ai appris de ma mère Pater, Ave Maria, Credo, je n’ai appris ma croyance de personne d’autre que de ma mère ». « Je connais très bien les douze articles de la Foi ».
De sa mère encore, elle apprit « à coudre panneaux de lin et à filer » et « ne craint femme de Rouen pour filer et coudre ». Elle fréquente l’église, assiste les pauvres. Elle va, avec les enfants du village, à l’arbre qu’on appelle le beau mai. Et répond en riant aux juges qu’elle n’y a jamais vu de fées. Elle pèlerine, aux jours de fête de la Sainte Vierge, à Notre Dame de Bermont. Elle se confesse à son curé, et, parfois à des religieux mendiants.

Au cœur de cette paix familiale et villageoise, elle entend une Voix.

Elle avait treize ans, l’âge de la nubilité pour les filles. « Et vint cette Voix / environ l’heure de midi / au temps de l’été / dans le jardin de mon père ». François Cheng dit de ce quatrain qu’il était « le plus beau de la langue française ». « Elle parle un Français de Christ », disait Jules Laforgue.

D’où lui venait ce si beau parler ?

Frère Seguin, juge à Poitiers raconte qu’il lui avait demandé si saint Michel parlait le Français, et comme il avait un fort accent du Limousin, elle lui répond « meilleur que le vôtre ! » 
C’est de ses Voix, qu’elle tient ce si beau parler. « Cette voix est belle, et douce, et humble, et parle langage de France ». Ou encore « Et me disait l’ange la grande pitié qui est au royaume de France ». Celui qu’elle appelait « Gentil dauphin », lui donne douze mille hommes, douze mille écus et douze chevaux pour son équipage personnel.

Chef des armées à 17 ans, elle libère Orléans le 7 mai 1429.

Elle mène une campagne éblouissante dans la vallée de la Loire qui s’achève par la victoire écrasante de Patay, le 18 juin de la même année. Elle conduit Charles à Reims où il est sacré. À la messe, son étendard flottait plus haut que tous les autres, et quand les juges de Rouen le lui reprochent comme une marque d’orgueil, elle répond « Il avait été à la peine. C’était bien raison qu’il fût à l’honneur. » Elle chargeait, armée de son seul étendard pour éviter de tuer quelqu’un et elle a ce cri, étonnant pour un chef de guerre « Je n’ai jamais tué personne ! ». À quoi l’évêque rétorque « Mais enfin Jeanne, vous avez été dans des endroits où beaucoup d’Anglais furent tués », ce qui lui vaut « comme vous en parlez doucement ! Il n’avaient qu’à rentrer chez eux ».
Dans la salle, un seigneur anglais s’écrie « Quelle bonne femme ! Que n’est-elle anglaise ! »

Prisonnière à Compiègne,

Prisonnière à Compiègne, le 24 mai 1430, elle est traduite devant le tribunal pour le premier procès politique de l’histoire, du 21 février au 30 mai 1431. Son temps de prison aura été quasiment équivalent à son temps de gloire ; elle meurt en répétant six fois le nom de Jésus, et avant d’expirer dans les flammes, une dernière fois, dans un grand cri : Jésus !
La mission de Jeanne avait été précédée de la diffusion, dans toute la chrétienté d’un livre qui sera l’un des succès mondiaux de tous les temps « L’Imitation de Jésus-Christ ».

Jeanne est à l'imitation de Jésus-Christ.

Comme le Fils est venu en ce monde, en roi martyr qui, par son sacrifice ramène l’humanité rachetée à la droite du Roi des Cieux, Jeanne est venue, à la demande du Ciel, ramener un royaume de la Terre, à la vraie lieutenance de Jésus-Christ.

Elle dit sans cesse que son roi, Charles est le lieutenant de Jésus-Christ qui est vrai roi de France.

À l’imitation de Jésus-Christ, elle connaît la gloire de l’entrée à Jérusalem, puis la déréliction devant les juges qui sont évêques, théologiens, docteurs. Elle meurt dans l’ignominie absolue, abandonnée de tous, mais, après sa mort ses prophéties s’accomplissent. Sa vénération s’étend dans le peuple et dans la famille de France jusqu’à un retour en gloire, à la moitié de XIXe siècle, d’abord par des historiens libre penseurs et républicains, puis par des hommes d’Église, et, enfin, par une loi la décrétant Héroïne Nationale et sa canonisation la même année, il y a cent ans.

Avec les actes du procès de Rouen, les Français ont, non seulement « le plus pur et le plus émouvant chef d’œuvre de toute la littérature » mais aussi un véritable bréviaire du laïc auquel ils peuvent se nourrir chaque jour, en y puisant des leçons de mystique, et de politique dites avec la vivacité, le sourire jusque dans la souffrance et l’éclatant bon sens de cette jeune fille qui est l’incarnation la plus parfaite de l’âme de la France…

Jacques Tremolet de Villers

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Aujourd'hui

samedi 06 mars 2021

Lectures du jour

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

Catéchèse

Nous avons débuté l’année scolaire avec un calendrier de plusieurs dates pour les Catés/dimanche ; mais la situation sanitaire a imposé de revoir nos interventions en catéchèse avec les enfants de la Zone de Rostrenen.

Depuis le début du mois de février, l’équipe des catéchistes propose la catéchèse en alternance entre Rostrenen et Corlay les mercredis soit de 10h à 11h30, soit de 14h à 15h30 ou soit les samedis de 10h à 11h30.

Pour voir l’ensemble du programme, cliquer ici

Pour inscrire vos enfants il convient d’appeler au presbytère de Rostrenen ou Louis Le Mée au :
07 55 62 77 80.

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?