Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Il grandissait en sagesse, en taille et en grâce …

Ces mots prononcés sur Jésus, âgé de douze ans, m’ont toujours intrigué. En pensant à ma soixantième année de prêtrise, je ne les applique pas à moi, mais à l’Église dans laquelle j’ai grandi.

 Élevé dans une famille pratiquante, j’ai toujours eu l’impression de faire partie de l’Église, mais la croissance personnelle a été parallèle à la croissance dans l’Église. Mon enfance faisait partie de ce que nous appelons souvent l’Église tridentine. Les choses ont été coupées et séchées. Par exemple, un catholique ne pouvait pas se mêler aux autres chrétiens. Nous n’avons pas été autorisés à assister à leur culte ou même à réciter le Pater Noster ensemble.

 Ma mère, lorsqu’elle a été reçue dans l’Église, a dû renoncer à sa foi précédente. Le curé qui avait célébré son mariage avec mon père a cependant permis qu’il ait lieu dans l’église au lieu de la sacristie qui était la norme imposée.

 D’ailleurs, ce curé est ensuite devenu archevêque et a participé au concile œcuménique convoqué par le pape Jean XXIII, maintenant saint Jean. Le concile a commencé pendant que j’étais au séminaire, en Espagne, et s’est terminé lorsque j’étais dans ma première paroisse. Puis nous avons pu rencontrer le recteur de l’église anglicane, située de l’autre côté de la rue, et nous nous retrouvions à la fin de chaque dimanche matin dans le bar voisin.

 En célébrant la messe pendant ces premières années, j’ai pu mémoriser l’ensemble du Canon romain (première prière eucharistique) en latin. La liturgie m’avait passionné quand j’étais jeune et j’ai dévoré le Missel du dimanche de Saint-André. Les nouveaux rites de la Semaine Sainte m’avaient engagé dans mon adolescence, mais ensuite nous nous sommes lancés dans un voyage imprévu à mesure que la liturgie évoluait. Ce que j’avais connu sous le nom de rituel est maintenant devenu un mode de vie. La scène œcuménique et la scène interreligieuse ont apporté leur contribution à ma compréhension liturgique.

 J’avais été touché par la référence de l’Armée du Salut au « siège de miséricorde » qui m’a ouvert les yeux sur la place de l’autel. Le rassemblement d’un rabbin et d’un maître de cérémonie, le chantre, autour du lecteur sur le point de lire une leçon dans la synagogue, m’a montré le genre de respect que je devais avoir envers les Écritures. Taizé a souligné le côté contemplatif. Alors que j’étais de retour au séminaire, nous avons étudié l’instruction générale du Missel romain, semaine après semaine, et y avons trouvé la nourriture spirituelle. 

Je n'ai pas cessé d'y découvrir des bijoux tels que la fraction du pain et le silence.

Quelques années après l’ordination, j’ai accepté d’aller en tant que prêtre Fidei Donum dans un diocèse de l’ouest du Kenya, parmi les Bukusu. Là, j’ai trouvé un accueil qui m’a encouragé et appris des valeurs humaines que mon éducation ne m’avait pas données. Là, j’ai dû prendre du recul, en tant que prêtre, et reconnaître la contribution des laïcs. Je devais trouver quelque chose de semblable quand je me suis retrouvé, par voie providentielle, à Plussulien où je suis maintenant heureusement installé.

Jésus a grandi, l'Église aussi. Par la grâce de Dieu, je prie d'avoir grandi à ses côtés.

L’Église européenne de ces premières années était en expansion et missionnaire. Ce n’est plus le cas ! Maintenant, les prêtres Fidei Donum viennent à nous. Dans mes moments plus contemplatifs, j’avais l’habitude de demander au Seigneur ce qu’il faisait pour l’avenir. Il m’a dit tout simplement de “le vivre au quotidien”. J’ai pleinement confiance en Lui qui rend toutes choses nouvelles et qui a promis d’être avec nous. Comme l’Esprit a apporté un avenir inconnu à la nouvelle Église, à la Pentecôte, j’ai confiance en son dynamisme.

Je n’ai jamais choisi d’être ordonné prêtre, c’était vraiment un signe inattendu que j’ai eu la grâce de suivre avec le soutien de mes parents, de ma famille et de mes amis.

J'ai été et je continue d'être heureux et béni en tant que prêtre.

La Providence m’a amené jusqu’à aujourd’hui et j’espère qu’elle m’amènera à la vie éternelle, à sa manière et dans son temps.

Père Peter Webb

Le 13 juin, à l’église de Plussulien, Peter célèbrera ses 60 ans de sacerdoce. Tous les paroissiens de la zone pastorale sont invités à l’entourer à cette occasion pour le remercier de sa présence et de sa disponibilité au service de tous.

Aujourd'hui

jeudi 13 juin 2024

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Annonces

Articles récents

L’Aumônier du Commando Kieffer

177 Français sont présents sur les plages de Normandie au matin du 6 juin. Ce sont les hommes du commando Kieffer, une unité de fusiliers marins rattachée aux forces
britanniques. Parmi eux, un aumônier : René de Naurois. Un homme exceptionnel.

Lire la suite »

Agenda

juin 2024
juillet 2024
août 2024
Aucun événement trouvé !

Baptême

Les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?