Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Résurrection dans la vie quotidienne

La commission d’écriture du bulletin paroissial essaie de se réunir en présentiel de temps à autre. La pandémie actuelle ne facilite pas toujours les rencontres.

Au-delà de la réflexion sur les articles à proposer, nous échangeons aussi, librement, sur la vie de l’Église et sur nos sujets de préoccupations. Lors de notre dernière réunion, et dans la perspective du temps de Pâques qui approche, une idée a été émise : « Quand peut-on parler de résurrection dans le quotidien de nos vies ? ». De la Résurrection, qu’en est-il pour nous ?

C’est lors d’une visite au Village Saint Joseph de Plounévez-Quintin que les expressions libres des uns et des autres permettront d’avoir quelques éléments de réponse. Nous ne doutons pas que, dans d’autres lieux, au sein même de nos familles, dans nos activités professionnelles, dans nos associations, il y aurait également de la matière pour renforcer les convictions entendues. L’exercice en vaut vraiment la peine et est tellement libérateur. Nous pouvons tous l’expérimenter.

Nous sommes dans l’atelier mosaïque, cinq résidents et une animatrice sont tout à leur travail. Ambiance monacale tout juste perturbée par le bruit des outils miniatures. Les grandes fenêtres, sans rideaux, donnent sur une nature qui s’éveille au printemps. La première image marquante qui me vient en tête est celle de cet art japonais qui, face à un vase en morceaux, choisit de le réparer. Chaque pièce a son importance. Les fêlures et fractures seront comblées par de l’or et vont ainsi donner une valeur supplémentaire à l’objet initial. Dans l’atelier que je découvre, il n’y a pas d’or pour reconstruire mais la parole va s’épancher. En effet, cette image du vase reconstruit va rapidement résonner et provoquer d’autres remarques. Du plus prolixe au plus taiseux, il y a de quoi parler de « résurrections ». Merci à chacun pour ce temps régénérant, dans la simplicité d’une journée ordinaire de carême.

Celui qui accepte de se laisser conduire en un espace de guérison, me dit-on, va renaître. Acceptant de se perdre il va se retrouver. Ce combat intérieur sera comparable à un va-et-vient entre le beau de l’extérieur, la nature par exemple, et la beauté personnelle à faire reconnaître, à laisser contempler.

A ce titre, l’art pourra devenir une thérapie salvatrice qui permettra de magnifier ce que l’on va aller puiser au fond de soi-même pour se laisser voir tel que l’on est. Au lâcher-prise nécessaire viendront alors succéder un mieux-être puis une nouvelle vie. Souvent, l’écoute d’une personne aimant gratuitement, sans jugement, verra l’autre se relever peu à peu, se tenir debout, reprendre une marche accompagnée et reprendre seule la route. Par le travail (jardinage, cuisine, élevage, poterie, mosaïque, …) et un partage communautaire tout va reprendre du sens.

On sent dès lors tout l’élan de Vie contenu dans ce relèvement, cette restauration. Partant de blessures souvent anciennes et douloureuses, ce n’est pas la fin qui est promise mais le renouveau qui germe timidement puis émerge franchement. Sans doute est-on loin de la pleine résurrection de Pâques à laquelle nous sommes tous appelés, mais force est de constater que nous sommes déjà bien dans une victoire contre les forces de mort et de destruction. Nous sommes comme cette fleur un peu chétive, réussissant à se frayer une sortie à travers le bitume qui l’enserre et qui, au final, est la plus forte et finit par rayonner.

Souvent il sera aussi évoqué l’importance de la parole et du soutien d’un groupe que l’on n’hésite pas à appeler « frères ou sœurs » parce que, issus d’une famille de pauvres. Une parole qui soulage, une parole qui libère, une parole qui rejoint celle d’un Sauveur.

Le temps s’est écoulé tranquillement, je dois prendre congé. L’atelier retrouve son silence. Les œuvres continuent à se construire.

Je remarque alors une colombe en tesselles du plus bel effet. Elle tient en son bec un rameau d’olivier. Son plumage n’est pas seulement blanc. Il a pris aussi le rouge du feu de l’Esprit.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Attention !

Samedi 10 avril
Messe à Trébrivan à 17h00
et non pas à Treffrin comme annoncé

Aujourd'hui

samedi 10 avril 2021

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Articles récents

Agenda

Catéchèse

Nous avons débuté l’année scolaire avec un calendrier de plusieurs dates pour les Catés/dimanche ; mais la situation sanitaire a imposé de revoir nos interventions en catéchèse avec les enfants de la Zone de Rostrenen.

Depuis le début du mois de février, l’équipe des catéchistes propose la catéchèse en alternance entre Rostrenen et Corlay les mercredis soit de 10h à 11h30, soit de 14h à 15h30 ou soit les samedis de 10h à 11h30.

Pour voir l’ensemble du programme, cliquer ici

Pour inscrire vos enfants il convient d’appeler au presbytère de Rostrenen ou Louis Le Mée au :
07 55 62 77 80.

Baptême

Actuellement il ne nous est pas possible de prévoir les rencontres de préparation au baptême. Toutefois les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les journées de préparation ne sont pas fixées mais, dès à présent, les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Attention

Samedi 10 avril

Messe à Trébrivan à 17h00

et non pas à Treffrin

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?