Paroisses de Haute Cornouaille

Corlay - St Nicolas du Pélem

Gouarec

Rostrenen

Maël-Carhaix

Rencontre avec le Père Cosme

Le Père Cosme, prêtre béninois, a rejoint le presbytère de Rostrenen depuis le 19 septembre. Avec les abbés Gaétan et Delphin, ils forment la nouvelle équipe de pasteurs qui intervient sur les quatre paroisses de la zone pastorale.
Le Père Cosme, en plus de ses années de séminaire, possède un bagage universitaire important, fruit des différentes formations qu’il a suivies, notamment en psychologie. Il a assuré des responsabilités conséquentes durant ses 15 années de prêtrise au Bénin. D’un naturel joyeux, son rire communicatif, sa simplicité et sa grande foi nous ont fait apprécier dès son arrivée.

Parlez-nous de votre enfance, Père Cosme.

Je m’appelle Zinsou Cosme Houssou ; Zinsou est mon premier prénom, très apprécié, mais tout le monde m’appelle Cosme. Je suis né, il y a 47 ans, au Bénin. J’ai passé mon enfance au village de Ganvié situé à 15 km de Cotonou. Il s’agit d’un village très particulier car il est construit sur le lac Nokoué. Les maisons des 45 000 habitants sont construites sur pilotis et il faut à chaque fois prendre la pirogue ou des passeurs pour aller dans les autres villages. C’est un lieu très touristique.

Et votre famille ?

Papa était tontinier, commerçant et catéchiste. Le tontiner est celui qui récolte de l’argent auprès des villageois et en reprête, comme une banque personnelle. Maman était femme ménagère à la maison avec beaucoup de travail puisqu’elle a eu 10 enfants. Je suis le 3eme ex-aequo. J’ai donc eu un frère jumeau, décédé à la naissance. Pour moi, la famille est centrale. Elle donne l’amour, crée la confiance et rassure comme un repère. Si elle est stable, on saura avancer. Pour l’anecdote, notre maman ne savait pas le français, pourtant elle nous faisait réciter les leçons qui étaient… en français. Quand nous étions hésitants, elle nous faisait recommencer, en fait elle bluffait car elle ne nous comprenait pas !!! Mais elle a surpassé son manque d’instruction pour nous donner le meilleur. Elle a ainsi participé à réaliser l’homme que je suis devenu, un prêtre.

Et votre scolarité ?

Le primaire s’est passé à l’école du village. À mes 10 ans, une grande grève de 2 années m’a fait arrêter l’école et j’ai commencé à travailler comme apprenti meunier. J’ai repris l’école au collège public situé à 8 kms de chez moi, j’y allais en pirogue ou en parcourant des îlots, avec parfois des séquences de nage. À la fin de la classe de 5ème je suis allé au petit séminaire Saint-Joseph près d’Ouidah. J’ai obtenu mon bac à Parakou, en 2000, et je suis rentré au grand séminaire, après une année propédeutique. J’ai été ordonné prêtre en 2008 à Saint-Michel, une paroisse de Cotonou. Au milieu de notre formation de séminariste, nous devions effectuer une année avec un aîné. J’ai été nommé auprès du Nonce apostolique du Bénin. J’étais son assistant personnel.

Comment avez-vous reçu votre vocation ?

Je suis né dans une famille très chrétienne. Mon père était catéchiste et ma mère très impliquée dans la vie paroissiale aux côtés des familles. J’étais de tous les mouvements d’action catholique des enfants et des jeunes. C’est l’expérience de servant de messe qui m’a déterminé à devenir prêtre à l’image du missionnaire français, Germain Flouret, SMA (Société des Missions Africaines). Cette décision s’est confirmée le 24 décembre 1989 quand j’ai chanté à la messe d’ordination du premier prêtre tofinu (mon ethnie), l’abbé Félix Houessou ; je crois que j’ai toujours eu l’envie de devenir prêtre.

Qu’avez-vous fait après votre ordination ?

J’ai été durant 3 années vicaire à la paroisse Saint-Michel de Cotonou, une paroisse extrêmement animée, nous avions des messes qui se succédaient toutes les heures et tous les jours ! De 2011 à 2016, j’ai fait une formation à l’Institut Pontifical Jean-Paul Il (IP JP Il), tout en aidant à la paroisse Saint-Jean- Baptiste. En 2016, je suis devenu curé de la paroisse Saints-Pierre-et-Paul de Yénawa à Cotonou. De 2018 à 2022, j’ai travaillé à l’IP JP Il en tant que directeur administratif et financier, puis comme économe général de cette université. Nous aidions les prêtres en formation à une insertion pastorale et civile et nous prenions en charge leur séjour : hébergement, alimentation, soins médicaux et loisirs, et surtout la gestion quotidienne de la vie communautaire à la résidence. Durant cette période j’ai conclu une licence canonique en sciences du mariage et de la famille. En septembre 2022, j’ai été nommé aumônier diocésain des vocations et aumônier du collège catholique Sainte-Thérèse.

Pourquoi avez-vous choisi une formation en psychologie ?

C’est mon évêque qui me l’a demandé, considérant mes expériences de jeune prêtre. Ma formation en psychologie me potentialisait à une meilleure pastorale auprès des jeunes et dans les écoles. J’y ai profité pour faire des analyses de l’impact pastoral de la présence des prêtres étudiants de l’Institut Jean- Paul Il sur la pastorale de la famille dans mon diocèse. Les jeunes en effet viennent des familles. Le projet est de vite conclure les études pour intervenir dans l’enseignement universitaire et la pastorale de l’accompagnement des jeunes.

Quand avez-vous su que vous veniez à Rostrenen ?

Mon évêque me l’a annoncé le 21 juin dernier, après s’être accordé avec Mgr Denis Moutel. Depuis 2011, je venais régulièrement en France comme prêtre d’été dans le diocèse de Strasbourg. Je suis arrivé à Rostrenen le 19 septembre. J’ai atterri à Rennes et j’ai trouvé formidable que le père Gaëtan vienne me chercher à l’aéroport. En sortant de l’avion j’étais fatigué et je prévoyais de dormir dans la voiture jusqu’à Rostrenen ; il n’en fut pas question car avec Gaëtan on s’est parlé tout le long du trajet, comme si on s’était toujours connu. En arrivant au presbytère j’ai fait la connaissance des pères Delphin et Fabien et nous avons passé une formidable soirée bien joyeuse.

Comment se passe votre intégration ?

Je ne suis qu’au début mais c’est tellement savoureux que je suis content d’y être. Je trouve que les gens ici sont directs, ils disent les choses et cela apaise. Ils veulent entendre et comprendre. J’apprécie la place des laïcs car ils sont motivés et investis dans la vie de la paroisse. Pour ce qui est de ma famille, qui est tellement importante pour moi, je communique par WhatsApp.

Merci Père Cosme !

Maryvonne et Christian Rault

Aujourd'hui

lundi 04 mars 2024

Cliquez sur le "saint du jour"
et découvrez son histoire

Annonces

Articles récents

Le Triduum Pascal 

Au terme de ce temps de carême, nous arrivons au Triduum Pascal, « un espace de trois jours », qui va de la messe du soir du Jeudi Saint au dimanche de Pâques inclus. C’est le sommet d’où découle notre foi.

Lire la suite »

Agenda

mars 2024
avril 2024
Aucun événement trouvé !
En savoir plus

Baptême

Les familles qui souhaitent faire baptiser leur enfant au cours de l’année peuvent contacter le presbytère pour les démarches avec la possibilité de fixer une rencontre avec un prêtre.

Mariage

Les couples qui souhaitent se marier peuvent contacter le presbytère pour fixer une rencontre avec un prêtre

Prions pour les vocations

Février 2021

Marie et Joseph emmènent Jésus au temple pour le présenter au Père et qu’il lui soit consacré.

C’est guidé par l’Esprit que Syméon reconnait Jésus !
Seigneur, nous te rendons grâce pour les hommes et les femmes qui te consacrent leur vie.
Seigneur, que l’Esprit ouvre les cœurs et aide à discerner la vocation à laquelle tu appelles chacun de tes enfants.

Nous te confions plus particulièrement aujourd’hui ceux que tu appelles à une vie consacrée.

AMEN

Vous nous quittez déjà ? Avez-vous donné au Denier ?

Vous nous quittez déjà ?
Avez-vous donné au Denier ?