Compte tenu des dispositions sanitaires, la procession et le tantad n’ont pu avoir lieu pour le pardon de Saint Lubin.

Cependant, la messe a été bien suivie dans une chapelle fleurie. Madeleine Guerveno, responsable du relais de Kergrist-Moëlou, a remercié chaleureusement les différentes personnes qui contribuent à l’entretien de la chapelle.

Armande Biziou a animé les chants, accompagnée par Hélène Loyer à l’orgue, faisant participer la chorale et l’assemblée.

Au début de la célébration, le père Peter a longuement évoqué saint Lubin, qui, après une vie très aventureuse, est devenu évêque de Chartres, au 6ème siècle.

Dans son homélie, le père Peter a fait le lien avec l’Évangile du dimanche précédent où Pierre avait fait une lumineuse profession de foi en Christ, alors que ce dimanche l’apôtre fait à Jésus de vifs reproches à l’annonce de ses souffrances et de sa mort prochaine. Jésus lui répond vertement mais le Christ ne le rejette pas, au contraire, l’appelant de nouveau à sa suite.

Selon saint Paul (2ème lecture), le chrétien doit se transformer « pour discerner quelle est la volonté de Dieu ». Pour ce faire, il doit écouter « la parole du Seigneur » qui est « un feu brûlant dans son cœur » (Jérémie, 1ère lecture) et chercher Dieu « Mon âme a soif de toi, Seigneur mon Dieu » (Psaume 62).