Les servants d’autel

ervants d’autel, à Rostrenen, le jour de la messe d’accueil du père Georges

Quelques-uns de nos servants d’autel, à Rostrenen, le jour de la messe d’accueil du Père Georges

Le 19 octobre a eu lieu au sanctuaire marial de Querrien le rassemblement des servants de messe (ou d’autel) de Bretagne.

A cette occasion nous vous proposons de découvrir cette pastorale puis, dans notre prochain numéro, nous vous livrerons  des témoignages de ceux qui s’engagent régulièrement dans ce service.

Dans notre pays, l’Eglise connait aujourd’hui un véritable renouveau de la fonction des servants d’autel, appelés autrefois enfants de chœur. Dans nos paroisses, nous constatons que ce phénomène prend également de l’ampleur.

Mgr Moutel nous précise : «Il est important que les enfants participent activement à la liturgie. Leur mission est d’aider les communautés à prier. Cela demande de la préparation et de l’accompagnement. Tous les enfants peuvent être servants d’autel mais en grandissant, leur rôle peut évoluer vers un autre service, comme la lecture.»

Les fonctions de servant d’autel ont longtemps été réservées aux garçons mais, désormais, les filles y participent aussi activement.

Ce sont des laïcs et, la plupart du temps, des enfants ou des jeunes, mais pas uniquement, qui assistent le prêtre pendant la célébration de la messe.

Quelques définitions :

✓ les céroféraires : ceux qui portent les chandeliers,

✓ le thuriféraire : celui porte l’encensoir,

✓ les acolytes : ceux qui portent les burettes, souvent la cloche et éventuellement les cierges,

✓ le cruciféraire ou porte-croix, comme son nom l’indique, porte la croix.

Hier, habillés d’une soutane rouge et d’un surplis, les servants d’autel sont maintenant le plus souvent revêtus d’une aube blanche.

Joël Le Biavant