En ce jour dédié par l’Eglise à la vie consacrée, nous sommes invités
à rendre grâce pour ce don reçu de Dieu qui nous rappelle un chemin : celui de l’appel à la sainteté.

Simplicité, sobriété, solidarité : trois mots qui interpellent aujourd’hui, plus que jamais, tous les hommes de bonne volonté et, tout particulièrement, les chrétiens appelés à vivre la plénitude de l’Evangile.  Le Pape François écrit : « Pour être saint, il n’est pas nécessaire d’être évêque, prêtre, religieuse ou religieux… Nous sommes tous appelés à être des saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve. » (La joie de l’allégresse)

Vivre l’Evangile est possible dans toutes les formes de vie, dans toutes les situations de l’existence humaine : en famille, au travail dans des engagements associatifs et politiques… comme dans les loisirs et les tâches les plus ordinaires. Ce qui importe, c’est que chaque croyant discerne son propre chemin, le don unique que Dieu a déposé de vraiment personnel en lui.  Nous sommes tous appelés. La vie consacrée est l’un de ces chemins pour suivre le Christ et vivre l’Evangile.

Simplicité, sobriété, solidarité, trois mots en résonnance avec pauvreté, chasteté, obéissance.  Trois vœux en référence à trois caractéristiques de la vie du Christ, pauvre, chaste, obéissant. Mais ils ne disent pas tout de la vie religieuse parce qu’ils ne disent pas tout du Christ. Les vœux sont des chemins concrets pour répondre à une vocation particulière reçue de Dieu.

Le centre, c’est Jésus et son Evangile. Il s’agit de suivre le Christ et de collaborer à l’accomplissement du projet de Dieu sur l’homme en quittant tout et en imitant de près sa forme de vie. Il ne s’agit pas simplement d’imiter des attitudes, des gestes de Jésus, mais d’appartenir au Christ, de recevoir sa propre vie, celle du Christ ressuscité.

Simplicité, sobriété, solidarité : un défi urgent pour notre temps qui nous appelle à changer nos manières de vivre. Les vœux permettent de cheminer personnellement et communautairement vers une « sobriété heureuse ».

Le vœu de chasteté donne la priorité à Dieu et à son projet d’amour sur l’univers. Il instaure un style de relations marqué par le respect, l’ouverture, la fraternité. Le vœu d’obéissance aide à vivre en solidarité avec d’autres, en communauté, dans la recherche du bien commun et pour la mission de l’Eglise, par l’écoute, le dialogue, l’attention aux événements. Le vœu de pauvreté aide à cheminer vers un style de vie simple marqué par la sobriété dans l’usage des biens et le partage solidaire.

Le pape François, écrivant l’Encyclique « Laudato si’ », promulguée en 2015, se propose spécialement d’entrer en dialogue avec tous au sujet de notre maison commune. L’appel s’adresse bien à toute la communauté humaine.

L’invitation se fait encore plus pressante « aux chrétiens et aussi à d’autres croyants. »

Le sentiment d’union intime avec les autres êtres de la nature ne peut être réel si, en même temps, il n’y a pas, dans le cœur, de la tendresse, de la compassion, de la préoccupation pour les autres êtres humains. … Tout est lié. Il faut donc une préoccupation pour l’environnement unie à un amour sincère envers les êtres humains et à un engagement constant pour les problèmes de la société.

Tout est lié, et, comme êtres humains, nous sommes tous unis comme des frères et des sœurs dans un merveilleux pèlerinage, entrelacés par l’amour que Dieu porte à chacune de ses créatures et qui nous unit aussi, avec une tendre affection, à frère soleil, à sœur lune, à sœur rivière et à mère terre.

 En conclusion, respecter la nature, combattre la pauvreté et rendre la dignité aux exclus sont des thèmes inséparables.     

Sœur Angèle,
Fille du Saint-Esprit
Communauté de Rostrenen

Tisserand

Administrateur du site
Fermer le menu