Qui est Jef Philippe ?

Jef Philippe, délégué épiscopal pour la foi et la culture bretonne

En octobre 2013, Jef était ordonné diacre permanent par Mgr Moutel (Cf. Dalc’h sonj n° 98).
Originaire de Locarn, il passe sa jeunesse à Kergrist-Moëlou.
Depuis le 1er novembre 2017, il est nommé « Délégué épiscopal pour la foi et la culture bretonne ».
À la demande de l’abbé Job Le Fell et de nombreux paroissiens, Jef a procédé à un inventaire des cantiques des pardons des paroisses de Rostrenen, Maël-Carhaix et Gouarec.
Jef, avec notamment l’aide d’Yvette, son épouse, a fourni un travail considérable et de qualité.
Le début de chaque cantique peut être écouté, sur le site Internet « Paroisses de Haute Cornouaille » avec téléchargement des partitions et des paroles : texte en breton et traduction.
Par ailleurs il anime, tous les mardis, sur RCF une émission en breton « Klev ‘ta » (Ecoute donc).

Nous avons interrogé Jef sur sa nouvelle mission de délégué épiscopal, ainsi que sur la mission de diacre, et il a accepté de donner quelques précisions.

Un délégué épiscopal représente en quelque sorte son évêque dans le domaine ou le secteur qui lui a été assigné. Il signifie que l’évêque s’intéresse à cette activité. L’évêque ne pouvant être partout, le délégué le tient au courant de ce qui se passe dans le domaine concerné et informe aussi de la réflexion de l’évêque.

Pour ce qui est de la commission foi et culture bretonne, Mgr Moutel m’a donné quelques consignes précises (par exemple : rejoindre le groupe travaillant sur la liturgie en breton et, en l’absence de prêtre, aider les laïcs à préparer les célébrations de la Parole en breton). Je le tiens au courant de l’avancée de nos diverses manifestations et, d’un autre côté, je cherche comment établir le lien avec le Synode qui a pris en compte la culture bretonne.

Ma mission de diacre se situe dans la même veine : répondre « aux demandes qui me seront adressées pour la transmission de la mémoire et de l’actualité de la vie chrétienne », « notamment pour l’initiation chrétienne des jeunes et des enfants… ».

S’y ajoute ma collaboration à la commission foi et culture bretonne et je dois également œuvrer « dans le souci de la proximité avec ceux qui pratiquent la langue ». La proximité est un peu la marque des diacres, « serviteurs » par définition, et donc au contact des personnes. C’est à ce titre que je suis intervenu pour des célébrations lors d’événements culturels telle que la fête du cercle celtique de Rostrenen en 2017.

À cela s’ajoutent les services à rendre dans la liturgie, les pardons, les mariages, quelques baptêmes, quelques célébrations d’obsèques (surtout si je suis proche de la famille du défunt) où il m’arrive de prononcer l’homélie car ma mission est de « prendre ma part dans l’annonce de la Parole », ce à quoi je contribue aussi par des articles divers.

Enfin, Mgr Moutel me demande de poursuivre mes engagements caritatifs (notamment au CCFD-Terre Solidaire).

Propos recueillis par Joël Le Biavant