Partons maintenant à la découverte des chapelles.

La chapelle Sainte Anne

Elle est située à la sortie du bourg, en bordure de l’allée ombragée de Kerlouet. Ce qui la caractérise, c’est son orientation nord-sud et l’agneau pascal de Saint Jean qui orne l’autel. Sa reconstruction est récente (18ème siècle). Au dessus de l’entrée, sous les clocher, apparaissent, sculptés dans le granit, les armes de la famille de Roquefeuille, alliée dans le mariage avec la famille de Gabrielle de Kergus.

La chapelle Saint Jean

Elle est située au sud de la commune, au pied du Minez Cliguéric, un des points les plus hauts des Montagnes Noires. Elle est dédiée à Saint Jean-Baptiste, invoqué pour les maux d’yeux et à Saint Cornély pour la protection des bêtes à cornes. L’endroit était d’ailleurs renommé pour la grande foire aux chevaux et aux bestiaux qui s’y est tenue jusqu’en 1945.

Une association entretient la chapelle ainsi que la fontaine et le lavoir en dalle d’ardoise qui lui est associé. Le pardon a lieu pour la Saint Jean.     

La chapelle Saint Abibon

Revenons au bourg et prenons la route de Paule pour découvrir la chapelle de Saint Abibon du 16ème siècle, Saint Diboan en breton, située sur le site de Lannilis, une ferme familiale appartenant à Victor Lorvellec qui veille sur ce trésor.

Cet alerte octogénaire, très attaché aux vieilles pierres et à sa chapelle, nous montre d’abord, à l’extérieur de l’édifice, sa découverte. Intrigué ces derniers temps par une pierre permettant la fermeture de la chapelle, il s’est souvenu des propos d’un archéologue qui lui avait fait part de son idée sur son origine. Il a alors creusé le sol et mis au jour une pièce de forme phallique, symbole de la fécondité, dont il reste à déterminer l’époque.

La chapelle est donc privée. Elle est en excellent état, entretenue essentiellement grâce aux dons de la famille et des amis de l’association : bancs neufs, voûte refaite, murs crépis, trois portes neuves. Une belle tribune permettait à la famille bienfaitrice d’assister à l’office.

On y voit la statue de Saint Abibon : ce saint est un ermite venant sans doute d’Irlande comme Saint Hernin et Saint Gonery. Son passage dans la commune remonterait au 5ème siècle.

Cet ermite accompagne les mourants et les aide pour le grand passage.

On pense que le saint s’est installé là car il existait, depuis les Gaulois, un lieu de culte important, christianisé ultérieurement.

A l’extérieur, observons un blason, porté par deux griffons. Dans la mythologie, un griffon est un lion ailé à bec et à serres d’aigle. Ce blason figure les armes de la famille de Rostrenen.

Le pardon a été relancé il y a une vingtaine d’années et l’objectif est de le maintenir le 2ème dimanche d’août.

Sa particularité est que la procession a lieu avant la messe puisque croix et bannières conduisent les fidèles à la fontaine pour la bénédiction avant l’entrée dans la chapelle.

Plévin - Chapelle St Abibon 1

La fontaine

Cette fontaine en granit, abondamment fleurie, possède deux bassins et trois niches : à gauche, probablement Saint Maudez invoqué pour se débarrasser des serpents, au centre figurait un cœur aujourd’hui disparu, et à droite Sainte Anne et son livre destiné à apprendre la lecture à la Vierge.