La Résurrection

Retable du maître-autel de la collégiale de Rostrenen

A l’occasion de Pâques nous vous proposons de découvrir le tableau, élément central du retable du maître-autel de la collégiale de Rostrenen.

Ce retable, de forme légèrement curviligne, est adossé au chœur.

De style baroque, il se remarque par l’architecture de l’ensemble imitant une façade d’église du XVIIIème.

Notons les éléments trompeurs du matériau : colonnes roses imitant le marbre, chapiteaux dorés.

Le corps principal du retable se compose de quatre colonnes et d’un tableau central, entouré d’une guirlande dorée : deux angelots aux ailes déployées sont assis dans les angles supérieurs du cadre.

Le tableau a pour thème la Résurrection (et non l’Ascension comme noté dans plusieurs articles ou fascicules).

« Il est ressuscité comme Il l’avait dit » (Mt 28,6), mais Il ne nous a pas dit comment il ressusciterait. Alors l’artiste imagine.

Il a été inspiré par l’Évangile de saint Matthieu (Mt 28, 2-4) : on y voit le Christ triomphant sortant du tombeau, vêtu du linceul et qui s’élève dans la gloire, Elle est signifiée par la nuée entrouverte d’où émane un rayon qui semble propulser Jésus et déstabiliser les Romains.

« L’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus. Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige. Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts. »

On y voit en effet l’ange assis et trois soldats foudroyés, dans des postures différentes. Notons la clarté du haut de la toile, contrastant avec les couleurs sombres du bas.

Au bas du tableau on peut lire : DUPARC LEJEUNE, pinxit (c’est-à-dire « a peint » en latin). Ce peintre, du 18ème, a vécu de 1713 à 1759.

Le tableau de la Résurrection avait déjà été rénové, en 1853, par Eugène Fréret.

En 2010, le tableau a été à nouveau restauré par l’atelier nantais de Catherine Ruel et déposé sur une menuiserie réalisée par l’entreprise Falher de Bonen. La réception des travaux a eu lieu en présence de l’abbé Jean Campion, curé, de Jean-Paul Le Boëdec, maire et de Christian Gautier, adjoint au patrimoine.

Le retable de l’église de Penvénan

À Rostrenen les trois retables (Notre-Dame, Sainte-Anne, le maître-autel) datent de 1740 environ.

Notons une similitude avec le tableau du retable de Penvénan, près de Tréguier.

Un tableau ayant pour thème la Résurrection a été également réalisé par Charles Le Brun, peintre décorateur (1619 – 1690), pour le maître-autel de l’église du Saint-Sépulcre à Paris. On y voit le Christ au corps athlétique triomphant de la mort. Ce tableau se trouve désormais au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

La Bible ne dit rien sur la manière dont le Christ est ressuscité ; c’est dans le creux de la Parole que le travail de l’artiste essaie de faire grandir notre foi en la Résurrection dont la seule assertion est le tombeau vide que décrivent ceux qui ont rencontré le Ressuscité.