Vicaire général, une mission sur bien des fronts

Abordant en décembre dernier le lexique des termes ecclésiaux nous avons défini le vicaire général comme
le collaborateur direct de l’évêque.

Pour être plus explicite découvrons avec l’abbé Hervé Le Vézouët, vicaire général de notre diocèse, l’importance de cette mission.

Fils d’ouvrier, né en 1969 à Guingamp, il mûrit sa foi au collège/lycée Saint-Dominique/Notre-Dame de Guingamp, dans le mouvement Foi et Prière avec les Frères de Ploërmel, au Foyer de Charité de Tressaint, au forum des jeunes de Paray-Le-Monial et grâce à une expérience déterminante de deux années de coopération en Centrafrique.

Ordonné prêtre en 1999, il a été trois ans en paroisse à Dinan, avant de prendre en charge la pastorale des jeunes du diocèse puis de revenir en paroisse, d’abord à Tréguier, puis comme curé à Lannion pendant trois ans.

En 2016, Mgr Moutel nomme l’abbé Hervé Le Vézouët nouveau vicaire général, en remplacement de l’abbé Gérard Nicole. Il prendra ses fonctions le 1er septembre 2016. Il voit dans cette nomination la continuité de son appel dans l’Église, même si le prêtre ne cache pas son émotion de devoir quitter la paroisse pour cette nouvelle et importante mission au diocèse.

Le rôle du vicaire général

Au Pardon de Kergrist-Moëllou 2017

 Définir le rôle du vicaire général nous ramène au Canon 475 du code de droit canonique.

Il y est précisé que « Dans chaque diocèse un vicaire général doit être constitué par l’évêque. Il aide celui-ci dans le gouvernement du diocèse tout entier. »

Le vicaire général est donc le collaborateur privilégié de l’évêque. Il est second par rapport à lui. Cette collaboration implique de la part de l’évêque et de son vicaire général une confiance réciproque et de la part du vicaire général une fidélité aux directives de l’évêque. On entre ici dans un domaine qui n’est plus uniquement juridique mais relationnel, interpersonnel où chacun doit connaître et respecter le rôle que l’Église lui a confié.

Une autre facette du pouvoir de gouvernement du vicaire général est le nécessaire respect par ce dernier du principe de subsidiarité qui pourrait se définir comme le principe selon lequel le supérieur ne peut intervenir dans un domaine relevant de l’inférieur.

Cela signifie concrètement que, par exemple, le vicaire général n’est pas le responsable d’une zone pastorale, qu’il n’est pas le curé d’une paroisse, qu’il ne peut intervenir dans une paroisse que pour un motif juste. 

Présenté souvent comme le premier ministre de l’évêque, en lien avec l’équipe épiscopale, il doit faire preuve de diplomatie, de capacité d’organisation et de réflexion sur le long terme.

Le vicaire général peut éventuellement suppléer comme prêtre administrateur lorsqu’une paroisse n’a plus de curé ; actuellement l’abbé Le Vézouët est présent sur Plouaret, pour un temps limité, en principe un an.

Dans notre paroisse, il a déjà présidé plusieurs pardons, le dernier étant celui de Kergrist-Moëlou le 25 mai 2017, le jour de l’Ascension.

En conclusion, l’abbé Hervé Le Vézouët nous confie : « Le ministère est très prenant et parfois un peu étourdissant mais globalement je le vis plutôt sereinement dans la confiance. Les questions à porter sont souvent lourdes mais j’ai appris à m’en remettre au seul Maître qui nous donne ce qu’il faut pour assumer la mission qu’Il nous confie. »

Joël Le Biavant