Père Jean Bernard : Une année, déjà !

Je suis arrivé, dans la nuit du 6 au 7 septembre 2017, au service des paroisses de Rostrenen, Maël-Carhaix et Gouarec.

A la gare de Saint-Brieuc, j’ai été très bien reçu par un jeune homme qui m’a reconnu tout de suite car, à Rostrenen, on avait déjà eu de moi de jolies photos. Ohhhh ! Voilà Jean Bernard ! Bienvenue ! Je suis l’abbé Jean-Marc, le responsable des paroisses ci-dessus, m’a-t-il dit. Et moi, très fatigué, après un si long voyage et les irrégularités d’Air Caraïbes, sans oublier les nombreux panneaux d’affichage en grandes lettres dans les aéroports de France (probablement partout) à destination des passagers détenteurs de passeports étrangers et européens, « et voilà, c’est bien moi, Jean Bernard », ai-je répondu.

Depuis la matinée de ce 7 septembre jusqu’à cette présente minute, je découvre en lui malgré ses faiblesses (et qui n’en a pas ?), un homme de cœur, plein de sagesse et d’humilité. Pendant seulement 11 mois, de lui j’apprends des choses qui me serviront toute la vie durant, On vit comme si on se connaissait l’un l’autre depuis un quart de siècle. Malgré nos différentes façons de voir les choses (cultuellement, culturellement, socialement et même économique-ment), cela ne nous a pas empêchés de prier ensemble notre bréviaire tous les matins, de partager les repas et de blaguer de temps en temps. Il y a une convivialité, une vie d’équipe et une fraternité à la manière de la première communauté (Acte des Apôtres Ch. 2).

L’Eglise, en tant que mystère du salut, ayant son mode de fonctionnement qui, aux yeux de certains,

est difficile à accepter, vient d’appeler Jean-Marc, par l’intermédiaire de son évêque, et lui confie une autre mission qu’il a acceptée avec foi. D’ailleurs, on est toujours gagnant quand on se laisse conduire par la voix de la sagesse et de l’Esprit Saint. Bon apostolat Jean-Marc !

Et au père Yves, notre nouveau curé, mes souhaits de très franche collaboration pour mieux répondre aux exigences de la pastorale.

Je profite pour dire un grand merci à toutes celles et à tous ceux qui ne cessent de m’aider à me sentir bien accueilli, à connaître la culture bretonne que je trouve enrichissante ; sans trop vouloir citer de noms, car ils se reconnaissent, mais vous …. principalement, vous en faites partie.

Abbé Jean Bernard Fortuma