Pardon de St Eloi 2016

Comme chaque lundi de Pentecôte, la petite chapelle St Eloi (en Paule) est magnifiquement fleurie et remplie d’une belle assemblée. Dans son homélie, l’abbé Job Le Fell a évoqué la vie de St Eloi d’après les écrits de son ami St Ouen. Eloi avait appris le métier d’orfèvre. Son habileté et son honnêteté l’ont fait remarquer par le roi Clotaire II qui en fit son trésorier, en quelque sorte son ministre des finances. Le roi Dagobert, à la suite de Clotaire, confirma Eloi dans sa charge. Mais Eloi avait d’autres vues. Il entreprit des études de théologie et fut ordonné prêtre et évêque le même jour!

Nommé évêque de Noyon-en-Tournai (près de Lille, mais en Belgique), St Eloi avait à gérer un vaste diocèse qui s’étendait très loin au nord. Il a fondé de nombreuses abbayes dont Solignac au sud de Limoges, mais aussi  Gand, Péronne, Chauny, Ourscamp, Homblières…

St Eloi est mort à Noyon en 659 ou 660, vénéré de tous.
Après la messe, l’abbé Job Le Fell a  béni les chevaux devant la chapelle et nous a rappelé pourquoi St Eloi avait été choisi comme patron des maréchaux-ferrants : son métier d’orfèvre travaillant des métaux précieux l’a fait choisir comme patron de tous ceux qui travaillent le métal et donc en premier lieu des maréchaux-ferrants et, par extension, des chevaux   qui sont l’objet du travail des maréchaux et les compagnons de travail indispensables de l’homme.
La matinée s’est terminée par un pot et une vente de gâteaux au profit de l’association qui entretient la chapelle.