Quand une messe fut bien préparée…

… sauf les couacs !

Samedi 2 septembre à l’église St Nicolas d’Uzel

1 – Horaire décalé : 18h dans le bulletin paroissial ,18h30 dans le journal.

Le Père Michel propose qu’on coupe la poire en deux :
« On commencera à 18h15 ! »
Ça fait l’affaire de ceux qui se croyaient en retard pour 18h.
Ceux qui se croyaient en avance pour 18h30 ont été consolés par le père Michel après les lectures.

2  – Une des animatrices n’avait pas pu participer à la préparation pour cause d’autres responsabilités.

Elle « zappe » tout simplement l’office de samedi. Elle est toute excusée, ça peut arriver à tout le monde. Heureusement, sur place se trouve toujours une bonne volonté pour lire.

3 – Les textes :

Le Père Michel, ayant un temps d’avance sur le calendrier, a préparé son homélie sur les textes du 23ème dimanche au lieu du 22ème !
Tant pis pour Jérémie et sa séduction de Dieu et les railleries de ses contradicteurs et tant pis pour Jésus qui devait remonter les bretelles à Pierre : « Laisse-moi remonter à Jérusalem, arrière, Satan ! ». La lectrice de l’épître a eu la chance de la pré-lire dans le  « Prions en Église » de sa voisine pour s’en tenir au passage de saint Paul prévu pour le dimanche.
Pour autant, le Père Michel a su nous interpeller sur le fait que célébrer le Seigneur en communauté, c’est reconnaître que nous avons besoin les uns des autres… C’est porter un regard bienveillant sur ceux qui nous entourent et sur ceux qui ont la charge de faire vivre la communauté pour l’annonce de l’Évangile, nos prêtres…
Par le Père Michel, le Saint-Esprit nous rappelle certaines priorités en ces temps de rentrée.

4 – Les intentions de prières pour les défunts ont été oubliées à la sacristie !

Cela provoque une certaine précipitation au moment de les citer. Heureusement, Marie-Thérèse a la liste dans son sac et je peux la déposer immédiatement sur l’autel…

5 -A la communion, le Père Michel revient du tabernacle où il a pris le ciboire.

Il est interloqué quand il constate le peu d’hosties consacrées. Personne n’a pensé à faire consacrer un nouveau ciboire. Sereinement, le Père Michel prévient les fidèles qu’on sera obligé de partager les hosties en 4 ! Tiens ! Nous avions justement (pour une fois) prévu comme chant de communion : « Partageons le pain du Seigneur » !

Conclusion :

Pour tous ces « couacs l’équipe d’animation s’excuse d’avoir troublé la prière des fidèles participants à cette Eucharistie que nous avions pourtant, à nos vues, préparée avec soin !
Heureusement qu’à se croire trop sûrs de nous, le Saint-Esprit se charge de nous ramener les pieds sur terre. En plus du message dominical à faire passer, il y a tant de petites choses matérielles à ne pas oublier.
Nous sommes retombés sur nos pieds grâce à la sérénité, l’humour et la joie du Père Michel. Merci à lui I Et Merci Saint-Esprit : comment encore hésiter à te faire confiance… en toute circonstance, même quand nos sécurités volent en éclats I

Louis Jouanny et l’équipe n°3

 

Les commentaires sont fermés.
[google49b03c5e76cc1d51.html]