JMJ Panama : C’est parti !

JMJ Panam 2018

Alors que les JMJ démarrent le 22 janvier au Panama, des milliers de pèlerins venus du monde entier commencent à arriver. Si les jeunes seront bien évidemment au rendez-vous, plusieurs chefs d’État ont également annoncé leur venue.

Du 22 au 27 janvier, ce sont des dizaines de milliers de pèlerins qui sont attendus pour ces XXXIVᵉ Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) au Panama. Des jeunes, essentiellement, mais aussi des chefs d’État dont celui du Costa Rica, du Guatemala, du Salvador et du Honduras.

L’ensemble des pays d’Amérique centrale seront représentés, à l’exception du Nicaragua, secoué par des violents troubles depuis plusieurs mois, et du Bélize, dont la culture est plus caribéenne que centroaméricaine. La Colombie, voisine du Panama, verra également la participation de son président.

Le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, sera aussi présent au Panama. Son pays est celui qui est le plus souvent cité comme probable siège des prochaines JMJ en 2022.

En décembre Juan Carlos Varela, président du Panama, a affirmé que cet événement est loin de se limiter à l’Église catholique. Cet événement « concerne tous les Panaméens, transcende les frontières et implique tous les autres pays d’Amérique centrale », a-t-il affirmé.

Qui sont ces Français qui vont aux JMJ au Panama ?

D’une moyenne d’âge de 27 ans, plus de 1.300 jeunes Français seront présents au Panama pour participer aux Journées mondiales de la jeunesse, a expliqué Anne Thibout, responsable de l’événement pour la France, à I.MEDIA le 9 janvier 2019.

JMJ de Cracovie. Cérémonie d'ouverture au Parc Jordan de Blonia le 18 juillet 2016.
(Jeffrey Bruno /KAI/CNA/ALETEIA)

Sur les 200.000 pèlerins attendus au Panama, quelque 1.300 Français devraient répondre présents. Un chiffre loin d’être ridicule, mais nettement plus bas que pour les précédentes éditions des JMJ. Cela s’explique notamment par la distance, mais surtout par la date choisie, avance Anne Thibout : en janvier, les étudiants ne sont pas en vacances.

La grande majorité des jeunes sont donc de jeunes professionnels. Ceux-ci, tient à souligner la jeune responsable, sont issus de tous les milieux, pas seulement des classes les plus aisées. Certains ont ainsi mené ce projet sur plus d’une année, afin de recueillir les fonds nécessaires au déplacement vers l’Amérique centrale. Un couple, illustre-t-elle, a même choisi de se rendre au Panama pour son voyage de noces. D’autres — une vingtaine — rejoignent le pays du célèbre canal en bateau et doivent arriver le 14 janvier, après plusieurs mois de traversée.

Du Panama, admet Anne Thibout, les jeunes Français ne connaissaient pas grand-chose. La plupart du temps, le pays était associé aux Panama papers, ce scandale d’évasion fiscale planétaire en 2016. L’étude du pays en amont du pèlerinage leur a permis de découvrir une culture. « Les jeunes sont en attente de découvrir la richesse du folklore panaméen », insiste la Française. Pour eux, ce sera un véritable « dépaysement ».

Un « recentrement » des JMJ sur les jeunes adultes

La quasi-totale absence d’étudiants français au rassemblement a pour conséquence un hausse de la moyenne d’âge à 27 ans, nettement plus élevée que pour les précédentes JMJ. Ce qui permet de « recentrer » la rencontre sur sa cible originelle, mentionne Anne Thibout : « les jeunes adultes plutôt que les vieux adolescents ». De plus, ceux-ci manifestent souvent « plus de soif spirituelle ».

La participation du chef de l’Église catholique est également une des motivations des pèlerins, selon Anne Thibout. « On vient aussi pour une rencontre avec le Pape », déclare-t-elle. D’autant que quelques mois après le synode d’octobre 2018 sur les jeunes, ceux-ci attendent du souverain pontife un « message fort », un lien particulier avec les jeunes.

Quelque 12 évêques accompagneront les Français, dont trois des quatre représentants de l’épiscopat français lors du synode sur les jeunes d’octobre dernier. En revanche, aucun cardinal français ne fera le déplacement. Ni même Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, qui présidera un rassemblement de jeunes dans son archidiocèse.

L’habitude voulant que les JMJ alternent une fois en Europe une fois ailleurs dans le monde, la prochaine rencontre ne devrait donc pas être aussi lointaine pour les jeunes Français. Le site hispanophone Religión Digital affirmait ainsi en décembre qu’elle aurait lieu au Portugal, en 2022. Mais tant que le choix n’est pas annoncé, la décision du souverain pontife peut encore changer. En 2016, le nom de la Corée du Sud revenait ainsi avec insistance pour succéder aux JMJ de Cracovie (Pologne). C’est finalement le Panama que le premier pape latino-américain avait élu.

Diaporama : Toutes les éditions des JMJ depuis 1990

 

La rédaction d'Aleteia/avec I.Media | 18 janvier 2019

,