In Memoriam …

 L’abbé Marcel Derrien

Né en 1931, il a été ordonné prêtre à Guingamp, en 1956.
Il a passé dix ans dans l’enseignement, à l’école des sourds de Saint-Brieuc et à Campostal où il a été surveillant et professeur de math.
Il a ensuite été nommé vicaire à Rostrenen puis il est devenu recteur de Grâces – Plouisy.

En 1984, il est nommé curé de Bourbriac puis il reviendra pendant deux ans comme curé de Rostrenen avant de retourner à Bourbriac, en 1996.
En 2005, un problème de santé l’oblige à prendre sa retraite.

Abbé Marcel Derrien

Cependant il continuait à célébrer dans le secteur de Guingamp, particulièrement lors des pardons.
Admis au Cèdre, la maison de retraite des prêtres, à Saint-Brieuc, il y est décédé.
Ses obsèques ont été célébrées à la basilique de Guingamp, le 27 mars.
Fidèle supporter d’En-Avant de Guingamp depuis son jeune âge, il était également l’un des ardents défenseurs de la langue bretonne.

Il célébrait régulièrement des messes en breton dans le diocèse et il avait participé activement à la commission mettant en place le missel romain et le lectionnaire en breton.

L’abbé Jean Corlosquet

Il est né en 1931, à Kerlouan dans le nord Finistère et a été ordonné prêtre, en 1959, dans l’Aube. C’est en 1978 qu’il choisit de revenir dans le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier après avoir exercé son ministère dans différentes paroisses.

On lui confie d’abord la paroisse de Mellionnec, puis Plouvévez-Quintin, où il était bien connu puisqu’il y a passé 14 ans comme curé ; il a eu également, en même temps, la responsabilité de Plouguernével pendant deux ans.

Abbé Jean Corlosquet

En 1994, il devient curé de Bourbriac, où il reste pendant 8 ans ; puis il est nommé au service de la paroisse de la Roche-Derrien, en 2002.

A 75 ans, en 2006, il prend sa retraite dans le presbytère de Ploubazlanec et continue, bien sûr, de rendre service sur la paroisse de Paimpol.

En janvier 2017 il s’est retiré au Cèdre.

Homme considéré comme timide et réservé, mais respectueux de la personne, estimé de ses paroissiens, très à l’écoute, il appréciait les belles et joyeuses