Des dévotions à Marie dans notre zone pastorale

Dans l’esprit des catholiques, le mois de mai est considéré comme le mois de Marie. Le pape Pie V, au 16ème siècle, institua la fête de la Visitation le 31 mai. Cette fête commémore la visite de Marie, enceinte de Jésus, chez sa parente Elisabeth, enceinte de Jean-Baptiste.

Le buste de ND du Roncier de la collégiale de Rostrenen

Dans notre zone pastorale, nous pouvons prier Marie dans plusieurs églises ou chapelles. Nous en retiendrons trois : la collégiale Notre Dame du Roncier à Rostrenen et deux chapelles : Notre Dame de Lanalaün et Notre Dame du Guiaudet, complétées par de belles fontaines.

La piété populaire reste très importante à la collégiale de Rostrenen : en témoignent, outre le pardon du 15 août, les cierges de dévotion qui brûlent devant la statue de la Vierge, les intentions de prières à Notre Dame.

Au début du 14ème siècle, les pèlerins accourent à l’annonce de la découverte d’un buste de la Vierge près d’un buisson toujours vert où fleurit, en décembre, un églantier. Une fontaine miraculeuse avait jailli là, jouxtant les douves du château.

Alors on se décida à construire un sanctuaire, à l’endroit du roncier, sans qu’on eût à le regretter, tant les miracles se succédèrent.

La fontaine de Notre Dame du Roncier est bien remise en valeur depuis l’aménagement du square attenant.

Redécouvrons maintenant la chapelle de Notre Dame de Lansalaün en Paule, située dans un écrin de verdure, proche du canal de Nantes à Brest.

La statue deND de Lansalaün

Nous pouvons y observer une Vierge à l’Enfant en bois polychrome, datant du 17ème siècle, Marie, portant Jésus, foule aux pieds un démon.

La verrière, l’une des plus remarquables de Bretagne par la richesse de ses couleurs, met en valeur des scènes de la vie de la Vierge, l’Annonciation, la Nativité, l’Adoration des mages, la fuite en Egypte ou l’Assomption.

Sous des ifs centenaires, la fontaine en granit datant de 1695 a été restaurée. Sur le faîte se trouvent deux cœurs enlacés, symbolisant les cœurs des jeunes amoureux venant autrefois se recommander à Notre Dame afin que le mariage les unisse. Les pèlerins venaient se désaltérer à la fontaine après avoir fait sept fois le tour de la chapelle, pieds nus, récitant le chapelet pour demander l’intercession de Notre Dame.

Rappelons aussi qu’en 2016 la bannière de Notre Dame a été restaurée (Cf détail sur notre site Internet).

Terminons par la chapelle du Guiaudet en Lanrivain, en bordure de la route Rostrenen / Guingamp.

ND du Guiaudet

Edifiée au 17ème siècle, elle attire d’abord l’attention avec son clocher où trône, depuis 1925, un carillon de 16 cloches, unique en Bretagne. Vous pouvez y faire jouer à la gloire de Notre Dame, l’un des deux cantiques religieux : Me ho salud Mari et Itron Varia Geodet. Ce carillon est le seul encore en activité à jouer des airs typiquement bretons.

Sur le retable vous pouvez admirer une Vierge couchée, ou Vierge allaitante, qui tient tendrement son enfant contre elle, reposant sur un lit à couverture bleue tissée d’or. Cette représentation de Vierge couchée est très rare. Il n’en existe que trois autres en Bretagne. Ce sanctuaire a été érigé à la demande de la Vierge, apparue à Claude Allain, en 1692.

Notons aussi un chemin de croix extérieur qui débute sur un placître et se termine près de la double fontaine construite à l’endroit de l’apparition.

La fontaine compte deux escaliers menant à des bassins jumeaux surmontés d’une croix et de niches qui abritent les statues de la Vierge et de saint Jean-Baptiste.

L’eau abondante et limpide peut être bue par les pèlerins.

Nous pouvons aussi prier Marie à Lokmaria, en Rostrenen, Itron Varia Gaoudin, Notre Dame de la Joie ; le pardon y est célébré le dimanche de la Trinité, cette année le 16 juin.

, , ,